Royaume de vent et de colères, Jean-Laurent Del Socorro

« 1596. Deux ans avant l’édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s’oppose à Henri IV, l’ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi. À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme. Les pions sont en place. Le mistral se lève. La pièce peut commencer. »

royaume de vent et de colères

La beauté de cette couverture.


Les + : Une plume entraînante ; Un fait historique passionnant ; Quel scénario !

Les – : /


Après avoir lu (et bien apprécié) Boudicca du même auteur à sa sortie, j’avais hâte de me plonger dans Royaume de vent et de colères, qui avait fait tant parlé de Jean-Laurent Del Socorro lors de sa publication. Et il n’a pas volé sa réputation !

Publié aux éditions actuSF en mars 2015, il s’agissait alors d’une grande première pour l’auteur, qui – je pense – ne s’attendait pas à autant de succès (critique et public !) avec cette fantasy historique brève (moins de 300 pages) consacrée à un épisode assez méconnu d’une période pourtant renommée de l’histoire de France.

L’action prend donc place en 1596. Henri IV a été nommé roi de France, mais beaucoup n’envisage pas la couronne tenue par un protestant, quand bien même il ait abjuré, et ce en faveur du catholicisme. Il lui faudra donc reconquérir son royaume morceau par morceau et faire ainsi accepter son règne. Voilà pour le contexte global.

La ville de Marseille, et le duc se trouvant à sa tête, ne veut pas jurer fidélité à son monarque, allant même jusqu’à former une alliance avec le Duc de Savoie et le royaume d’Espagne. Et c’est dans cette ville qui attend une inévitable bataille que le récit va se dérouler. Je ne connaissais pas du tout cette période de l’histoire de Marseille, et même si Jean-Laurent Del Socorro n’a pas vocation à écrire un manuel d’histoire, on apprend quand même pas mal de choses intéressantes qui nous donnent envie de se documenter un peu plus sur le fait en lui même.

Mais revenons en au roman. Le climat est donc très tendu dans ce court récit plein d’urgence. Jean-Laurent Del Socorro fait alterner la narration, principalement entre quatre personnages principaux hauts en couleur : on y trouve une ex-mercenaire désormais tenancière de l’auberge dans laquelle se retrouvent tous les personnages ; un vieux chevalier, ex-huguenot ayant abjuré pour rejoindre le camp catholique ; une vieille femme, assassin depuis des années, qui monte ce qui ressemble à son dernier coup ; et enfin, ceux par qui la touche fantasy arrive, un couple d’Artbonnier en fuite (du nom de l’Artbon, le système de magie du roman).

Royaume de vent et de colères nous déroule alors son scénario implacable, et on observe avec plaisir toutes les pièces se mettre en place une à une, et les relations se nouer et se dénouer. Tout cela dans un système de présent/flashback on ne peut plus efficace, et avec l’écriture très cinématographique de l’auteur.

Si vous êtes effrayés par l’aspect historique de l’objet,  n’ayez crainte : Jean-Laurent Del Socorro se sert d’une période historique que – je crois – nous situons tous (au moins le contexte protestant vs. catholiques vs. Henri IV) d’une manière appropriée (c’est important) et digeste. Et le romanesque emportera votre adhésion !

png-5


 

288 pages    Genre : Fantasy historique    Autre livre de l’auteur chroniqué : Boudicca

 

5 réflexions sur “Royaume de vent et de colères, Jean-Laurent Del Socorro

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s