Une éducation, Tara Westover

« Tara Westover n’a jamais eu d’acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n’a jamais fréquenté une salle de classe. Pas dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps. Enfant, elle a regardé son père mormon s’enfermer dans ses convictions, et son frère céder à la violence.
Et, à seize ans, Tara décide de s’éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera loin des montagnes de l’Idaho, au-delà des océans, d’un continent à l’autre, d’Harvard à Cambridge. C’est à ce moment seulement qu’elle se demande si elle n’est pas allée trop loin. Lui reste-t-il un moyen de renouer avec les siens ? Une éducation est le récit d’une construction de soi, l’histoire d’une fidélité farouche envers la famille, et du chagrin dû à la rupture. »


Genre : Mémoires   –   400 pages


Tara Westover a grandi dans l’Idaho, au sein d’une famille mormone fondamentaliste et survivaliste, qui même dans sa communauté passait (si vous le lisez, vous conviendrez ensuite que les choses changent) pour originale. Son père est farouchement opposé à ce qui représente le « système » et « l’État » et sa mère suit : pas de naissance à l’hôpital, pas d’acte de naissance, pas d’école et même pas d’instruction à la maison. Une partie de la vie de Tara a donc tourné autour de la nature qui entourait son domicile, puis de l’aide qu’elle devait apporter à son père et sa mère dans leurs travaux respectifs : une décharge de métaux à ciel ouvert et parfois quelques chantiers pour lui et une activité de sage-femme (illégale dans l’appellation) pour elle.

Tous ses frères et sœurs sont passés par là auparavant, en garderont les stigmates physiques toutes leurs vies (les blessures sont nombreuses, graves et soignées à la maison). Puis un jour, son frère aîné passe un examen d’admission à l’université qu’il a préparé seul et l’obtient. Le déclic se produit, elle s’y met à son tour et découvre un monde qui lui était jusque là interdit.

La voici à la Bringham Young University – une faculté mormone – où peu à peu, elle va s’ouvrir au monde et découvrir que les délires complotistes de son père ne font pas autorité. Son passage à l’université de Cambridge puis son admission à Harvard parachèvent de creuser un fossé de plus en plus profond avec une famille toujours plus embrigadée par un patriarche qui devient avec le temps un véritable gourou.

« Nous sommes tous plus compliqués que les rôles qui nous sont attribués dans telle ou telle histoire. Rien ne m’a mieux révélé cette vérité que d’écrire ces mémoires – d’essayer de coucher les gens que j’aime sur le papier, de saisir toute leur signification en quelques mots, ce qui est naturellement impossible. »

Cependant, étudier dans tous ses endroits prestigieux, obtenir un doctorat ne marquera pas une cassure nette des relations de Tara avec sa famille. Elle qui a été coupée du monde durant des années doit tout réapprendre ; cela va de choses aussi bêtes que la propreté ou le soin de soi à d’autres plus difficiles comme la pensée critique. Elle rencontrera des personnes bienveillantes – parmi lesquels d’éminents professeurs – qui l’aideront à ne pas retomber sous la coupe de sa famille même quand elle se trouve dans une situation financière absolument critique.

« Le jour où à quinze ans, j’avais essayé de mettre du mascara et du gloss, Shawn avait raconté à papa que des rumeurs circulaient en ville à mon sujet, que j’avais déjà mauvaise réputation. Immédiatement, papa a cru que j’étais enceinte (…). Assise sur mon lit, les genoux ramenés contre ma poitrine, je les écoutais hurler. Étais-je enceinte ? Je n’en étais pas sûre. Je réfléchissais à tous les échanges que j’avais eus avec un garçon, à chaque regard furtif (…). Je n’en avais jamais embrassé un. »

Des « rechutes », il y en aura tout au long de ses dix années d’études. Elle revient longuement sur chacune d’entre elle, ce qui est souvent éprouvant à lire car le schéma est celui d’un engrenage dont nous aimerions plus que tout qu’elle se sorte, quitte à ne plus être dans la compréhension et l’empathie ; mais son honnêteté est louable car si ses études l’ont aidées à se détacher, elles ne sont pas la seule raison de son éloignement. Le chemin est bien plus qu’une simple découverte de soi par les études. Pour preuve et sans trop en révéler, deux de ses frères – diplômés eux aussi – connaîtront des difficultés similaires tout en entretenant des relations tout de même plus calmes avec leurs parents. Le cœur du problème, c’est qu’ils sont des hommes et que Tara est une femme, et sont besoin de connaissances l’œuvre de Satan, faisant d’elle un genre de sorcière des temps modernes.

Plus que de mémoires, il s’agit surtout d’un livre sur la recherche de soi et de son histoire, de l’impression que nous gardons des actes des autres vis-à-vis de souvenirs qui nous sont propres : c’est le problème de toute autobiographie. Et au fur et à mesure que la fin de l’ouvrage approche, elle déroule un très joli parallèle avec ses études d’histoire et l’impossible quête de vérité historique, pour finalement conclure de la manière la plus apaisée qui soit : qu’elle le veuille ou non, la personne qu’elle est la somme de toutes ces éducations. 4

Un bon moment de lecture donc, intéressant et pas du tout racoleur (ce que je redoutais un peu) que je conseille à tout lecteur intéressé par le sujet.

png-4

Merci à NetGalley France et aux éditions J.-C. Lattès pour ce partenariat.

7 réflexions sur “Une éducation, Tara Westover

  1. Magali dit :

    J’ai lu un texte de cette autrice dans l’un des numéros de la revue America, où elle résumait un peu son parcours, et elle m’a semblé vraiment intéressante dans sa vision des choses. Du coup ça me tenterait bien d’en savoir plus en lisant cette autobiographie!

    Aimé par 1 personne

  2. tampopo24 dit :

    Je ne connaissais pas du tout mais le sujet m’intéresse beaucoup et j’aime la façon dont tu en parles, on sent vraiment que le roman cherche à nous raconter l’histoire d’une femme et non à accrocher le lecteur en racolant avec des clichés sur les mormons. Je note !
    Merci pour la découverte 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s