La passion du tuning, Stéphanie Maurice

« Plongée dans l’univers des parkings aux côtés de ces fous de voitures capables de ne compter ni le temps ni l’argent pour transformer leur bolide.

Donné pour mort, le tuning a de beaux jours devant lui. Dans le Nord, ce loisir populaire bat son plein au rythme de meetings attirant toutes sortes de passionnés qui cherchent la distinction et la classe par la personnalisation de leur véhicule. Le rêve automobile fait tenir quand la crise frappe. »


Genre : Essai   –   112 pages


Cela faisait un moment que je souhaitais découvrir la collection Raconter la vie chez Seuil, qui promet d’aborder en une centaine de pages en moyenne, des récits de vie à tendance sociologique et/ou ethnographique, sur un sujet précis à chaque fois.

Pour ma première, j’ai donc jeté mon dévolu sur un sujet bien particulier, tant il entraîne quolibets et regards moqueurs : le tuning. L’autrice ici est Stéphanie Maurice et elle est journaliste, ce qui se sent dans sa manière d’aborder le sujet à la manière « journalisme de terrain ». Elle va sillonner les rassemblements, et en ressortir un constat assez troublant : même au sein d’une activité aussi moquée que le tuning, il existe des strates & des courants qui ne sont pas forcément bienveillants les uns envers les autres, avec pourtant au bout, la même volonté : avoir, par le biais de sa voiture, son petit luxe à soi.

« Même Brigitte et Patrick Gravet le racontent : « La mentalité a changé, on ne rigole plus comme avant. Chacun reste dans son coin. » Ils se souviennent d’un meeting en Belgique, « toutes des voitures sobres ». Brigitte travaillait à graver « un carreau », comme elle dit, quand un petit jeune a appelé ses amis, pour commenter son dessin. « Regardez ça, c’est franchement dégueulasse. On va tout de suite appeler Carglass. » La moquerie ne passe toujours pas, elle l’a blessée. »

Beaucoup de points sont abordés : la place des femmes, la32 provenance géographique, … Le tout en toute bienveillance et en toute simplicité. Quelques approfondissements m’ont parfois manqué mais je pense que cela est volontaire, puisqu’il ne s’agit pas d’une enquête sociologique approfondie.

En conclusion … Une excellente découverte, que je réitèrerai prochainement avec un autre titre de la collection.

png-4

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s