La prime (#1 Une aventure de Stephanie Plum), Janet Evanovich

« Adieu froufrous, adieu dentelles.
La lingerie, c’est fini. Stéphanie Plum, trente ans, n’a plus de boulot. Sa télé est au clou, son frigo est vide et elle se désespère. Heureusement, il y a son cousin Vinnie ! Il dirige une agence de cautionnement et cherche un chasseur de primes… Elle décroche le job et se retrouve sur les traces de Joe Morelli, un flic accusé de meurtre. Un malin, un dur, un séducteur… D’ailleurs, ce ne serait pas le même Joe Morelli qui l’a séduite et abandonnée lorsqu’elle avait seize ans ? Une raison de plus pour le retrouver !  » Stépahnie Plum a de l’humour, de la spontanéité, du bagou, de la rancune.
Du charme, quoi ! »


Genre : Policier   –   320 pages


La jeune trentenaire Stephanie Plum a été licenciée. Cela fait quelques semaines qu’elle est au chômage, et elle arrive au bout de ses limites financières. Son appartement est vide car elle a mis quasiment tous ses meubles en gage, et son réfrigérateur n’est pas beaucoup plus rempli. Il lui reste un peu de bières, du beurre de cacahuètes et l’éventualité d’aller manger chez ses parents si nécessaire – ce qu’elle préfèrerait éviter car sa mère plus particulièrement souhaite absolument la caser, alors qu’elle profite de son frais célibat après un divorce tout juste prononcé. Le problème : tout le monde se connaît dans ce quartier d’une petite ville du New-Jersey marquée par les usines de traitements de déchets, la pollution, et une certaine misère sociale.

Une visite dans l’agence de cautionnement de son cousin Vinnie pour un boulot de classement – et un chantage bien placé – la propulse chasseuse de primes. Son premier cas ? Celui de Joe Morelli, un flic accusé de meurtre. 100.000 dollars, 10% pour elle C’est exactement ce qu’il lui faut pour redresser la barre. Mais il y a un problème, et pas des moindres : l’inexpérience de Stéphanie, et aussi une (très) courte histoire passée avec le fugitif en question.

« – A ta tête, je dirais que tu le connais.
J’acquiesçai.
– Je lui ai vendu un pain au lait quand j’étais au lycée.
Connie ricana
– Chérie, la moitié des nanas du New Jersey lui ont vendu leur pain au lait. »

Si vous ne l’aviez pas deviné, l’objectif ici, c’est de divertir. Et c’est plutôt réussi.

Dans les divers commentaires lus sur des sites comme LivrAddict ou Babelio, l’humour est particulièrement cité : alors oui, de nombreuses scènes un peu cocasses émaillent l’histoire, mais je n’ai pas été hilare non plus. C’est un roman policier léger, avec une enquête bien troussée et des personnages sympathiques (ou pas du tout, pour certains), qui ne cherche aucunement à passer pour autre chose.

Le personnage de Stephanie est bien réussie, j’ai apprécié cette jeune femme qui ne fait pas ce qu’on peut appeler une entrée fracassante dans la trentaine d’après ses proches mais qui pourtant, se sent bien dans ses baskets. Elle voit finalement dans ce chômage l’occasion de changer de vie, d’éviter une routine dans laquelle elle estime s’être enlisée trop jeune, envers et contre tous puisque tout le monde tentera de la dissuader de renoncer à sa nouvelle vocation tout au long du livre.

« Je fis l’inventaire du contenu de mon sac, m’assurant que j’avais bien tout mes effets – menottes, matraque, torche électrique, revolver, balles supplémentaires (ce qui ne serviraient pas à grand-chose vu que j’avais complètement oublié comment on rechargeait un revolver – mais bon on pouvait toujours avoir besoin de quelque chose de lourd à jeter sur un fuyard). »

Le cadre de l’histoire est intéressant : le New-Jersey, soit « la poubelle de New-York » tels que se vivent un peu ses habitants, avec en arrière-pensée, celle d’être un peu laissés pour compte. La ville de Stéphanie est très hiérarchisée, que ce soient cette division des quartiers par origines ethniques ou par classes sociales. Chacun avec ses codes, ce que Stephanie va71TuuIxeRuL découvrir au fur et à mesure de son enquête elle qui finalement n’avait pas vraiment conscience de ces différences. S’émanciper de son quotidien tout tracé, c’est donc aussi l’occasion de s’éveiller à d’autres horizons.

En conclusion … Un premier tome engageant pour la suite. L’enquête tient la route, les personnages sont agréables à suivre et surtout, l’enquête est crédible et continue tout au long du roman. Bonne surprise !

png-4

Une réflexion sur “La prime (#1 Une aventure de Stephanie Plum), Janet Evanovich

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s