Démasquée (#1 Nora Jacobs), Jackie May

« La plupart des humains ignorent qu’un monde dangereux les entoure, regorgeant de magie et de monstres. Nora Jacobs n’a pas cette chance. Elle sait parfaitement quelles créatures démoniaques rôdent dans les rues de Détroit. Grâce à ses étonnants dons psychiques, elle a su se tenir à l’écart de cette communauté surnaturelle jusqu’à présent. Malheureusement, tout bascule le soir où le vampire le plus puissant de la ville découvre ses pouvoirs et décide de se servir d’elle pour retrouver un membre disparu de son clan.

Pour couronner le tout, Nora est certaine d’être maudite. Depuis toujours, les gens sont irrésistiblement attirés par elle, une attirance qui vire souvent à l’obsession et à la violence. Les êtres occultes ne font pas exception à la règle, et Nora a éveillé l’intérêt de certains des monstres les plus dangereux de la ville… »


Genre : Bit-lit   –   286 pages


Premier tome d’une nouvelle série bit-lit parue chez Milady en septembre 2019 (le tome 2 est attendu pour le 27 novembre de cette année), Démasquée suit les débuts d’une héroïne, Nora Jacobs, jeune femme à l’historique de vie plutôt triste. Sa mère ayant été sauvagement assassinée par des vampires lorsqu’elle était enfant, Nora a été ballotée de familles d’accueils en centres sociaux. Désormais âgée de 21 ans (si je ne dis pas de bêtises), elle mène une vie solitaire – on ignore son métier, sauf qu’il est à un moment question de cambouis – sans amis, ni attaches, dans l’anonymat de Détroit, ville délabrée par un déclin économique vieux de plusieurs années. Sa petite particularité ? Elle s’isole, car elle a un don qui peut très vite tourner à la malédiction : un toucher, un simple contact même lui permet de lire dans les pensées. Elle possède aussi un instinct redoutable, qui lui permet de sentir un danger arriver, ce qui s’avère plutôt utile, puisque son voisin – et le fils de son propriétaire – est un pervers notoire prêt à tout pour l’approcher. Son seul réconfort : une discussion en ligne qu’elle entretient avec un dénommé SorcierX, sorcier donc de son état – qui tente de répondre du mieux qu’il le peut aux nombreuses questions de Nora sur L’occulte – soit le monde surnaturel et sa diaspora. 

Très vite pourtant, Nora va devoir contre son gré, mettre un pied dans ce monde qu’elle a tout fait pour éviter, alors qu’elle est à la merci de son voisin. Ils finissent donc par arrivée dans LA boîte de nuit surnaturelle du coin ; Nora se fait très vite remarquée, et se retrouve empêtrée dans un mystère bien plus vaste, mêlant humains et êtres surnaturels, enlèvements et … confréries étudiantes. Et si elle va rapidement (mais alors très rapidement !) se faire des amis, elle va aussi découvrir que vit non loin d’elle une communauté de vampires puissants, ainsi qu’une étrange organisation tentant de préserver la coexistence pacifique entre humains et surnaturels

« J’ignore pourquoi je possède de tels pouvoirs et comment je les ai acquis ; cependant, vu qu’ils m’ont sauvée presque toute ma vie, je ne m’en plains pas non plus. La solitude vaut mieux que la mort. »

Démasquée est un tome introductif, qui souffre de tous les défauts d’un premier opus de saga qui se dévoilerait trop vite. L’introduction est courte, expédiée en peu de pages avant que la vie de Nora ne change radicalement – vraiment du tout au tout ! Alors certes, elle n’a pas d’attaches, mais tout de même, cela sonne assez faux et artificiel. Puis Nora est un drôle de personnage, à la fois ignorante et experte du monde surnaturel. Un coup est-elle étonnée d’un fait, l’autre fois affirme-t-elle ce même fait comme si elle l’avait toujours su. D’autant plus que pour une femme qui n’a eu AUCUNE relation sociale depuis des années, elle fait preuve d’une répartie et d’un humour affûté qui ne collent pas avec son personnage. Quant aux surnaturels qui l’entourent – ce sont de vrais gros nounours, limite s’ils lui font pas passer des petits mots type “Veux tu être mon ami ? l l OUI l l NON”. C’est caricatural, mais c’est ainsi que les amitiés semblent se faire ici. Tout cela rend le texte lourd, mais aussi répétitif alors que le style d’écriture ne m’a déjà à la base pas plu : un texte écrit au présent, très haché. Sans compter que l’enquête, le fil rouge de l’histoire, m’a semblé assez grossière – je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler, mais l’incohérence frappe plus d’une fois.

Detroit est aussi un cadre peu exploité, ce qui me semble dommage car il y aurait eu des choses à dire, à raconter au sujet de cette ville dont certains quartiers sont dénués d’habitants – qui plus est au nord des USA, alors que la bit-lit prend souvent le sud profond pour cadre (sauf peut-être Mercy Thompson). Vu comme le récit tourne ensuite à un mélange entre les séries TV Scorpions & L’agence tous risques – une partie du livre plutôt sympathique au demeurant, qui augure de la construction des tomes suivants – je ne serai pas surprise que le “cadre” ne soit pas plus usité qu’un simple nom de ville destiné à donner une indication géographique un peu près connue de tous.

Puis bon. Un point en particulier m’a mise mal à l’aise. Nora possède de bien encombrantes facultés, mais semble aussi être la victime d’une sorte de malédiction : chaque fois qu’un homme (surnaturel ou non) pose les yeux sur elle, il développe une envie d’elle irrépressible, une envie obsessionnelle, qui peut donc tourner à l’agression. Et même si cela aurait pu être pire, les moments maladroits sont nombreux – comment les éviter avec un plot d’intrigue aussi casse-gueule ? Je ne vais pas tout lister ici – puis je n’ai plus tout en tête – mais Nora s’est faite agresser par chacun de ses “pères adoptifs”, rechigne facilement à porter des tenues à même de “pousser à l’agression” … Bien que cela fasse partie du mystère entourant l’héroïne, je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a tout de même un fond nauséabond dans l’écriture et la diffusion de ce genre de discours. On n’est pas au niveau complètement WTF des Ombres de la nuit de Kresley Cole (qui, je le re-précise, banalise totalement le viol), mais … Disons qu’il y a un flirt avec la ligne rouge à mon sens un peu dangereux que je compte bien éclaircir en lisant le tome 2.couv60771498

En conclusion … Bon, comme vous l’avez compris entre cette nouvelle série bit-lit et moi ce n’est pas concluant. Je compte tout de même lire le tome 2 pour me faire un avis plus définitif sur cette nouvelle saga et notamment les travers que j’ai pu relever.

png-6

 

6 réflexions sur “Démasquée (#1 Nora Jacobs), Jackie May

    • MahaultMots dit :

      Mmh, je peux comprendre l’abandon ! Oui, l’intrigue avec Henry m’a aussi mise mal à l’aise sur le moment, même si sa résolution plutôt « humoristique » à la fin m’a fait sourire (c’est en gros un vieux vampire qui n’arrive pas à fonctionner selon les nouvelles règles, et qui bougonne).

      Aimé par 1 personne

  1. lespagesquitournent dit :

    Avec du recul, il est vrai que les personnages sonnent assez gros nounours. Je les avais trouvés très gentils et respectueux, mais il y a un côté effectivement très/trop sympathiques. Je n’avais pas non plus réalisé pour Détroit. Peut-être que la ville sera davantage exploitée plus tard ? On verra…
    Comme toi, je n’ai pas accroché à la malédiction ainsi qu’au passé de Nora, apparemment abusée par ses familles adoptives… J’espère que cela n’ira pas trop loin par la suite…
    Cela fait du bien de voir un avis différent du sien même si, je le reconnais : les points faibles soulevés sont compréhensibles (j’en partage une grande partie, d’ailleurs).

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s