Pièges d’outre-tombe (#2 Les mystères de Harper Connelly), Charlaine Harris

« Grâce à ses pouvoirs paranormaux, Harper parvient à retrouver une petite fille disparue depuis deux ans. Elle doit maintenant convaincre les représentants de la police qu’elle a un don exceptionnel, et que le meurtrier rôde toujours dans la région. »


Genre : Fantastique   –   283 pages   –   Mon avis sur : Le Tome 1


Malgré une peur de la déception à cause des quelques critiques peu positives croisées ça et là, ma lecture du tome 1 de la série Les enquêtes d’Harper Connelly, à défaut d’être inoubliable, m’avait permis de passer un excellent moment de lecture aux côtés de nos deux héros, Harper et Tolliver et de leur drôle d’activité professionnelle : trouver les corps de personnes décédées.

Le tome 2 ne reprend pas exactement après le premier. De l’eau, peut-être quelques semaines ou quelques mois, semble avoir coulé sous les ponts. Tolliver et Harper travaillent sans relâche, errant d’une ville à une autre au grand regret de notre héroïne, qui se verrait bien prendre du repos et retrouver enfin son petit chez-elle. Les voici arrivée à Memphis, où un contrat un peu spécial les attend. Ils ont été contactés par Clyde Nunley, un professeur de l’université locale travaillant sur les dons de voyance, etc … qui souhaite”présenter” (en gros mettre à mal devant tout le monde) le don de Harper à ses élèves. Les voici dans un vieux cimetière, où Harper fait montre d’un talent incontestable au grand désespoir de l’éminent universitaire, jusqu’à ce qu’elle détecte un corps bien plus récent. Un corps qu’elle connaît, pour l’avoir désespérément cherché – à la demande des parents – quelques mois auparavant : celui de la jeune Tabitha, disparue un matin après une dispute avec sa mère, à Nashville.

« – Elle n’avait que 11 ans et elle se comportait comme une adolescente capricieuse de 15 ans.
Elle esquissa un sourire humide.
– Je ne tenais pas à raconter cette anecdote sans importance aux policiers, mais une de nos voisines nous avait entendues crier. J’ai donc été forcée de relater cet incident. Aussitôt, ils se sont retournés contre moi comme si je leur avais caché un indice d’une portée capitale.
Bien entendu, aux yeux des flics, ça l’était. Le fait que Diane ne le comprenne pas prouvait ce que j’avais pressenti dès le départ : Diane Morgenstern n’était pas une lumière. J’aurais parié par ailleurs qu’elle n’avait jamais lu de roman policier. Sans quoi, elle aurait su qu’une telle révélation ne pouvait qu’interpeller les policiers.
En fait, cette péripétie démontrait simplement que Diane était en dehors du coup en matière de culture populaire. »

Ce tome deux, c’est un peu “on prend les mêmes et on recommence”, à savoir qu’après la découverte du corps de l’adolescente, Harper et Tolliver vont être bloqués en ville à la demande des autorités. Autorités qui feront soit preuve de bienveillance envers Harper, soit de défiance envers celle qu’ils prennent pour une bonimenteuse. S’ils veulent pouvoir se sortir de ce pétrin et partir pour honorer leurs contrats suivants, Harper et Tolliver devront se retrousser les manches et enquêter, un peu, de leur côté. 

Ils sont tout de même plus passifs dans ce tome que dans le précédent et prennent surtout garde à ne pas se mettre en danger ou en situation d’arrestation ; on se concentre cette fois-ci plutôt sur la publicité du don de Harper, car l’affaire sera médiatisée et nombreux seront les corbeaux à lui tourner autour. 

Il y a aussi un tournant assez notable dans ce tome : si dans le premier le fantastique émergeait uniquement du don de notre héroïne, ici Charlaine Harris l’étend. Elle ouvre la porte à de nouveaux personnages dotés eux aussi de dons mais aussi à la présence de spectres

« Malgré moi, je stoppais net, bouche bée. Si la maison des Morgenstern m’avait paru magnifique, celle-ci l’était encore plus. Je traversai la cuisine et me retrouvai dans une salle de séjour-bureau-salon. Le plafond voûté était traversé par des poutres, et on aurait pu rôtir un bœuf dans la cheminée.
– Si j’avais grandi ici, je serais convaincue que je peux avoir tout ce que je veux, commentai-je, médusée.
– Par où allons-nous ? grogna Tolliver, peu enclin à écouter mes réflexions sociologiques. »

Tous ces aspects de l’histoire contribuent à renouveler la série qui aurait pu montrer très vite des signes d’essoufflement mais gagne ici une nouvelle énergie, d’autant plus que Harper – hors de son don – n’en sait pas vraiment plus que nous sur ce qui “existe” et ce qui “n’existe pas”. Je me suis sentie plus proche de cette jeune femme pas toujoursCVT_Les-mysteres-de-Harper-Connelly-tome-2--Pieges-d_6792 facile à cerner, d’autant plus qu’elle aura une prise de conscience très forte sur un élément de sa vie personnelle en particulier qui me l’a rendu encore plus sympathique et touchante ! Derrière sa fragilité apparente se cache une grande force qu’il est agréable de voir dévoilée au fur et à mesure de l’avancement de la saga. 

Bien sûr, tout cela est très bien servi par la plume de Charlaine Harris, une autrice que je trouve d’une fluidité absolument monstrueuse

En conclusion … Un honnête deuxième tome, à la fois dans la continuité de la saga mais qui sait aussi nous proposer de nouveaux points d’intérêts. 

png-4

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s