La tempête des échos (#4 La passe-miroir), Christelle Dabos

La_Tempete_des_echos_La_Passe_Miroir_tome_4-2

Genre : Dystopie

565 pages

« Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants: Babel, le Pôle, Anima… aucune arche n’est épargnée. Pour éviter l’anéantissement total il faut trouver le responsable. Trouver l’Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble? Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s’engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clef de toutes les énigmes. »


png-3

Les + : Une fin de saga à la hauteur, Ophélie & Thorn ♥, une complexification bien amenée.

Les – : Savoir qu’il faut dire au revoir à cet univers !, le regret de ne pas découvrir les autres arches.

Mes avis précédents :


Il y a deux ans et des brouettes, je commençais sans conviction ma lecture du premier tome de La passe-miroir, saga multi-chroniquée sur la blogosphère. Si ce premier épisode m’avait fait passer un bon moment sans guère me convaincre totalement, le tome deux m’avait tellement plu que le tome trois n’avait pas fait de plis. Depuis, comme beaucoup, j’attendais ce tome quatre de pieds fermes. Et : c’était bien. Très bien, même.

« – […] Je m’évertue donc à vous rendre ma compagnie le plus ennuyeuse possible.

La Petite-Dame-À-Lunettes posa le javelot sur le tapis, à côté du coussin où elle était assise. Ses gestes étaient calmes, mais les ombres s’agitaient de plus en plus vite sous son corps.
– Tu y excelles.
– Moins que Thorn, murmura Parrain en glissant, de son doigt plein de pâté, un pion sur le plateau. J’aimerais qu’il soit ici avec nous ! Il n’a pas son pareil pour vous gâcher une fête. »

Nous retrouvons Ophélie et Thorn là où nous les avions abandonnés à la fin du troisième opus, à savoir sur Babel, alors qu’ils viennent tout juste de se retrouver et de consommer leur mariage. Le ton est donné dès les premières pages : pas de quiétude, notre couple va devoir prendre les armes et se battre pour la liberté et la survie de toutes et tous.

L’action se met en place dans la continuité des thématiques introduites dans les tomes 2 et 3, à savoir ces intrigues concernant le personnage d’Eulalie Dilleux, de l’Autre, et du rôle de Dieu dans l’éclatement des Arches. Les informations sont distillées au compte-goutte même si une nouvelle urgence s’installe, car les effondrements s’accélèrent. Et on peut dire que Christelle Dabos n’y va pas avec le dos de la cuillère ! Elle sort bien souvent du giron de la littérature jeunesse pure pour nous proposer des explications et résolutions denses, empruntes d’un sous-texte qu’on peut interpréter à mon sens comme on le souhaite. Cela est parfaitement cohérent avec tout ce que nous propose cette saga, à savoir une histoire de Livres dans le livre, mais rebutera peut-être certains des lecteurs qui n’avaient déjà pas adhéré à la tournure prise par la saga dans le tome précédent et reste nostalgique d’un tome 1 plus léger.

« C’est ce qu’il trouve divertissant chez les Animistes. On finit par ne plus savoir qui, de l’objet ou du propriétaire, est celui qui appartient réellement à l’autre. »

Je n’en dirais pas plus concernant l’histoire et son déroulement ; c’est un dernier tome et comme tout dernier tome, il mérite d’être découvert dans son ensemble.

Un mot cependant sur les protagonistes. Si les personnages secondaires s’effacent, c’est pour mieux laisser le devant de la scène à Ophélie et Thorn. La jeune femme va encore beaucoup apprendre sur elle-même tout au long du livre, et en quelque sorte se réconcilier avec toutes ses facettes : la maladroite du tome 1, la téméraire du tome 2, les doutes du tome 3. Christelle Dabos a construit quelque chose de fort avec ce personnage qu’on a connu aussi fort que fragile et finalement très proche de nous. Elle me marquera pour un moment. Quant à Thorn, sa carapace, déjà sérieusement attaquée précédemment, se perce. Était-il encore possible de plus l’apprécier ? Visiblement, oui.

En conclusion … Une saga admirablement bien conclue. L’immense travail abattue par l’autrice est à la hauteur des attentes !

22 réflexions sur “La tempête des échos (#4 La passe-miroir), Christelle Dabos

  1. Gaëtane dit :

    J’ai trouvé qu’il y avait des passages où il fallait bien s’accrocher. Pour moi, c’est un bon tome qui a le mérite de ne pas offrir une fin conventionnelle. Je reste un peu sur ma faim cependant : les personnages secondaires méritaient un peu plus de place dans l’histoire.

    Aimé par 1 personne

    • MahaultMots dit :

      C’est vrai qu’ils sont mis de côté. Personnellement, je ne m’étais pas plus que cela attachée à eux mais je sais que quelqu’un comme Archibald avait de nombreux fans qui sont en droit d’en attendre plus. 🙂

      J'aime

  2. L'ourse bibliophile dit :

    Je suis d’accord avec ton avis pour ce qui est de l’histoire et d’Ophélie, MAIS la quasi disparition des personnages secondaires géniaux créés dans les deux premiers tomes m’a vraiment beaucoup déçue. Même si j’adore Ophélie qui est l’un de mes personnages préférés de la littérature, je trouve que même Thorn n’a pas la place qu’il mérite. Clairement, elle offre une belle histoire à son héroïne, mais j’ai été peinée de l’absence des autres (et de l’indifférence que semble parfois naître de leur triste sort).
    Ça reste malgré tout une superbe lecture et une conclusion géniale à cette saga !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s