La fille dans la tour (#2 Winternight), Katherine Arden

« La cour du grand-prince, à Moscou, est gangrenée par les luttes de pouvoir. Pendant ce temps, dans les campagnes, d’invisibles bandits incendient les villages, tuent les paysans et kidnappent les fillettes. Le prince Dimitri Ivanovitch n’a donc d’autre choix que de partir à leur recherche s’il ne veut pas que son peuple finisse par se rebeller. En chemin, sa troupe croise un mystérieux jeune homme chevauchant un cheval digne d’un noble seigneur. Le seul à reconnaître le garçon est un prêtre, Sacha. Et il ne peut révéler ce qu’il sait : le cavalier n’est autre que sa plus jeune sœur, qu’il a quittée il y a des années alors qu’elle n’était encore qu’une fillette, Vassia. »


Genre : Fantasy   –   416 pages   –   Mon avis sur le tome 1


En 2019, ma lecture du premier tome de la trilogie WinternightL’ours et le rossignol avait constitué, à défaut d’un coup de coeur, une bonne surprise. Si j’y déplorais un côté un peu fouillis, l’originalité de cet univers inspiré du folklore Russe m’avait tout de même fait passer un bon moment.

Nous retrouvons dans ce deuxième tome le personnage de Vassia. Malgré toute la tristesse de ses évènements, il faut avouer que les décès de son père et de sa belle-mère font qu’elle n’a désormais plus vraiment d’attache dans son village natal, Lesnaïa Zemlia, où elle est d’ailleurs considérée comme une sorte de sorcière. Et si elle veut fuir le mariage ou le couvent – car le royaume est en pleine christianisation, elle n’a qu’une solution : partir. C’est au dos de son magnifique cheval Soloveï qu’elle se met en chemin et part, traversant forêt et lac de glace en survivant chichement, et en parti grâce à l’aide de Morozko, un démon du gel aux sentiments décidément bien trop humains dès qu’il s’agit de la jeune femme. 

« Sacha regarda sa sœur. Il ne l’avait jamais trouvée délicate, mais toute douceur avait disparu d’elle. Elle n’était plus qu’esprit vif, membres robustes, avec une présence farouche, presque provocante malgré les lourdes robes encombrantes. Elle était à la fois beaucoup plus féminine qu’elle ne l’avait jamais été, et beaucoup moins. Une sorcière. Le mot lui était apparu de lui-même à l’esprit. C’est ainsi que nous appelons ce genre de femmes, parce que nous n’avons pas d’autre nom. »

Bien sûr, Vassia se fait passer pour un homme, car il est inimaginable de voyager sous sa véritable identité. Mais dès lors qu’elle parvient à libérer trois jeunes femmes des griffes de bandits (ceux-là même qui saccageaient déjà de nombreux villages dans le tome 1), la voici qui tombe sur son frère Sacha et le prince Dimitri. Le premier reconnaît immédiatement la petite soeur qu’il a laissé enfant derrière lui lorsqu’il a fait le choix de la prêtrise. Le second se laisse berner et la considère comme Vassili, le jeune frère de Sacha. 

Et il est peu de dire que le grand Prince est impressionné par ce jeune homme qui a tenu tête à des bandits jusque là impossibles à combattre. Il le veut près de lui pour mener batailles & satisfaire un peuple las de toutes ces violences. Vassia/Vassili se voit forcer à mentir, mettant ainsi en danger la position de Sacha, un homme de foi qui s’interroge sur le bien-fondé du comportement de cette soeur qui va à l’encontre de tous les principes chrétiens auxquels il croit mais qui pourtant, ne cesse de l’impressionner. Alors, s’il y a une (toute petite) esquisse de romance, ce sont surtout les liens familiaux qui sont ici joliment explorés par l’autrice. Des liens entre des personnages foncièrement différents mais qui se battent, chacun à leur manière, que ce soit à la Cour ou sur le territoire sauvage et immense de la Rus’. Ainsi, retrouver Sacha ou même Olga, sa soeur aînée, permet de mesurer le chemin parcouru depuis le début de cette histoire. Leur point de vue, proposé sur quelques chapitres, est le bienvenu, car ce sont des protagonistes plus mesurés que Vassia, qui est parfois tout de même foncièrement tête brûlée.

« Une sorcière. Le mot lui était apparu de lui-même à l’esprit. C’est ainsi que nous appelons ce genre de femmes, parce que nous n’avons pas d’autre nom. »

Les personnages du folklore (le domovoï, etc …) que j’avais eu pour ma part tant de 91Ql45RokPL-2plaisir à découvrir dans le tome 1 sont moins présents dans la première moitié du roman, plus dans la seconde. Ils sont comme beaucoup d’éléments de ce tome 2 assez “transitionnels” un morceau d’un ensemble de faits qui sont avant tout destinés à mettre en place le dénouement de cette trilogie. Les pions avancent, comme dans une partie d’échecs, et cela nuit parfois un peu à la lecture ; disons que le premier tiers m’a quelque peu fait douter de mon potentiel ressenti positif – l’histoire met un temps fou à se mettre en place ! Katherine Arden est tout de même habile et la qualité de son écriture fait qu’on lui pardonne aisément ce petit problème de rythme, d’autant que si les “pions” se déplacent lentement, il ne faut pas oublier de souligner la qualité de l’intrigue mise en place, entre conte, fantasy politique et références historiques – ce qui donne d’ailleurs fortement envie de s’intéresser à cette Russie pré-Tsar.

En conclusion … Un deuxième tome réussi, avec de grandes qualités (personnages, intrigues, écriture) mais qui souffre à mon sens des défauts du premier (longueurs). Soulignons tout de même que pour une première trilogie, c’est malgré tout très impressionnant.

png-4

 

5 réflexions sur “La fille dans la tour (#2 Winternight), Katherine Arden

    • MahaultMots dit :

      Si je ne dis pas de bêtise, il doit paraître en VF rentrée 2020. C’est une saga qui m’embête beaucoup ; si je lui reconnais volontiers nombres des qualités louées dans de nombreux autres articles de blog et en premier lieu l’originalité, je n’accroche pas autant que d’autres au style de l’autrice. Mais je serai au rdv pour le troisième 😉

      Aimé par 1 personne

  1. tampopo24 dit :

    Vu que je viens de lire et adorer le premier tome, j’attendais avec impatience des avis sur le tome 2 et je suis ravie de voir qu’il a l’air tout aussi séduisant même s’il y a moins de passages sur les créatures au début et que j’aurais bien aimé un développement peut-être plus conséquent de la romance >< Je vais donc attendre la sortie du tome 3 qui ne devrait pas tarder pour pouvoir enchainer 😀
    Merci pour ta belle chronique !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s