Orcs & Gobelins #1 & #2

Genre : Bande-Dessinée ; Fantasy   –   48 & 53 pages


couv40189772

#1 : Turuk (Jean-Luc Istin & Diogo Saïto)

« L’orc Turuk se réveille, sonné, blessé et amnésique. Il arpente les rues d’une cité abandonnée. A l’exception d’un mystérieux archer cherchant à l’épingler et de créatures craignant la lumière qui veulent le dévorer. Qui sont-elles ? Pourquoi cherche-t-on à le tuer ? Qu’est-il arrivé dans cette ville ? Et que fait-il ici ? Pourtant, il ne faudrait pas s’éterniser, la nuit arrive et la mort avec… »

Cela faisait quelques temps que je ne m’étais pas replongée dans ces séries de BDs de chez Soleil. J’ai donc décidé de ré-attaquer en douceur avec Orcs et Gobelins, qui nous propose à chaque album une histoire complète, s’attachant à décrire un moment particulier dans la vie d’un personnage avec pour seul fil rouge qu’il s’agisse d’un Orc ou d’un Gobelin.

Turuk est un Orc, mais d’un genre particulier. Il est plutôt beau, puisqu’il plaît même à la gente féminine humaine ou elfe. Pourtant, c’est en prison qu’il débute ce tome. Et s’il croit avoir de la chance en parvenant à s’échapper de sa geôle elfique, il s’avère bien vite que l’île où il s’est réfugié n’est pas des plus hospitalières …

orcs-et-gobelins-tome-1-turuk-jean-luc-istin-e28093-diogo-sac3afto-p-8-morts-vivants.jpg

Le personnage de Turuk est original, il est rare de croiser un séducteur parmi les Orcs. Du moins, en ce qui me concerne, c’est la première fois ! Son aventure est intéressante, bien qu’un peu courte, avec une fin pas piquée des hannetons qui donne surtout – je suppose – le ton à venir de cette sous-série. Reste que si l’histoire se lit bien, elle se lit vite et laisse un goût « d’anecdotique » car elle manque d’enjeux plus importants. Restent des planches à tomber, comme toujours.

png-5


couv46366337#2 : Myth (Sylvain Cordurio & Giovanni Lorusso)

« Myth est un voleur gobelin très doué. C’est aussi un incurable vantard partageant son temps entre la cambriole et la fuite incessante. Quand il fait escale à Scarande, des mercenaires le mettent à l’épreuve pour tester ses compétences. Un mystérieux assassin veut lui confier une mission suicide : voler le joyau de Raal’yn, un vieil elfe noir qui réside dans la citadelle de Slurce. Une réponse négative s’impose mais ce client, diablement efficace pour massacrer son prochain, menace sa vie, difficile de dire non… »

Myth commence, comme son prédécesseur Turuk, sur les chapeaux de roues. Nous y faisons la connaissance du dit personnage, un gobelin roublard qui ne s’encombre pas de sentiments inutiles. Bien vite, on comprend que même s’il se met au service d’autres, il n’apprécie rien de plus que sa liberté. Pourtant, lorsqu’un être lui confie une mission qui confine au suicide, il décide de la relever. À la clé ? Une tranquillité certaine pour les années à venir.

ggc_49Xlc2rWKQs07lx4VJxMWx0

Bien sûr, tout ne va pas se passer comme prévu, mais on sent que Myth est plutôt du genre à toujours tirer son épingle du jeu, donc on ne s’inquiète pas trop. L’album est très beau, j’aime beaucoup le fait que le caractère bien particulier de notre anti-héros ressorte parfaitement sur sa thrombine, à la fois froide et un peu canaille. La dizaine de pages supplémentaires donne aussi un sentiment d’histoire plus aboutie à ce tome deux. En revanche, scénaristiquement, j’ai eu l’impression d’avoir une redite du premier dans la manière dont les évènements s’enchaînent. Un succès en demi-teinte, donc.

png-5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s