Frissons d’outre-tombe (#3 Les mystères d’Harper Connelly), Charlaine Harris

couv54973082Genre : Fantastique

256 pages 🇺🇸


« Je crois qu’aujourd’hui je suis tombée sur la pire affaire de ma vie. À la surprise du shérif de Doraville, Sandra Rockwell, j’ai découvert dans sa ville les cadavres de huit jeunes garçons.
Et comme d’habitude, ce que les gens ne comprennent pas les effraie : me voici coincée ici avec Tolliver pour prouver notre innocence.
Mais voilà, on ne joue plus, un tueur en série court les rues… »


png-4

Les + : Une enquête plus sombre ; Les personnages principaux et secondaires ; Le « style » Charlaine Harris

Les – : RAS !

Avis précédents :

#1 : Murmures d’outre-tombe

#2 : Pièges d’outre-tombe


Malgré les critiques mitigées que j’ai pu en lire un peu partout, la série des Mystères de Harper Connelly m’a permis à la lecture de ses deux premiers tomes de passer un moment de lecture à la fois agréable (pour la forme) et captivant (pour le fond). Ce tome 3 – l’avant-dernier – ne déroge pas à la règle et souligne ainsi la qualité constante de cette série certes sans prétention mais ô combien divertissante.

Le schéma se trouve être une fois encore le même. Harper et Tolliver font route vers leur nouvelle affaire. Ils sont cette fois-ci embauchés par le shérif d’une petite bourgade de Caroline du Sud les commissionnant sur fonds privés pour tenter de localiser le corps d’un jeune adolescent disparu. L’enquête, rapidement bouclée, avait conclu à une fugue. Cependant, Tolliver et Harper sont plus que troublés lorsque cette dernière ne trouve pas un, mais huit corps. Et les causes de décès, bien que différentes, ne permettent de conclure qu’une seule chose : un tueur en série rode. La découverte des corps – éprouvante pour Harper car elle entrevoit le dernier instant de chacun – n’est que le début d’un long cauchemar.

« – Comment saviez-vous qu’ils étaient à cet endroit ? s’enquit Klavin, les sourcils arqués. Connaissiez-vous l’un d’entre eux ?
– Non. Je n’étais jamais venue ici auparavant.
Je retins un soupir. Je savais exactement comment cette conversation allait se dérouler. C’était inutile. Ils ne me croiraient pas, ils s’acharneraient à me soupçonner de leur mentir, perdraient du temps et gaspilleraient l’argent des contribuables en essayant d’établir un lien entre l’un des garçons et moi, ou entre l’assassin et moi. Ce lien n’existait pas. »

Cauchemar, car ce sera sûrement le tome le plus éprouvant pour notre héroïne jusque-là. Bien sûr, elle rencontre au quotidien beaucoup de violence : tel est le « jeu » de sa profession. Cependant, comme elle le souligne souvent, elle ne fait pas partie de la police et ne cherche qu’à gagner sa vie par le biais de son don. Alors, se retrouver encore une fois partie prenante d’une telle affaire, c’est trop pour elle, d’autant plus qu’elle se fera sévèrement brutaliser dans ce tome. Nous avons donc une Harper plus fragile ici, plus sur le fil quant à ce qu’elle est – ne s’est-telle pas trop défini elle-même par son don ? – et veut pour l’avenir, d’autant plus que sa vie sentimentale se complique. Rappelez-vous que dans le tome 2, elle se rend (enfin !) compte qu’elle éprouve pour Tolliver, son demi-frère par alliance, des sentiments amoureux. Ce n’est pas un scoop : c’est aussi une grande partie de l’intrigue de ce tome.

« Enfilant mon blouson, je scrutai le ciel. J’aperçus quelques étoiles entre les nuages. J’aime regarder les étoiles, surtout quand mon boulot me déprime. Mes problèmes sont insignifiants comparés à leur brillance. »

Désormais habituée à la méfiance (voire défiance) des forces de l’ordre à son encontre, Harper va endurer une exposition médiatique qui va mettre ses nerfs à rude épreuve, mais qui la replacera aussi sur le chemin de Xylda et Manfred – rappelez-vous, cette veuve clinquante et son petit fils au look façon emo. La saga étant très focalisée sur ses deux personnages principaux itinérants, j’ai trouvé agréable de revoir cette grand-mère très fantasque et ce petit-fils charmeur bien qu’un peu mystérieux sur ses réelles intentions. Ils apportent un certain liant à l’histoire, ainsi que de la fantaisie car Xylda est tout de même l’archétype de la médium un peu charlatan sur les bords – même si elle possède de vrais dons.

Concernant le style, je ne m’étalerai guère, si ce n’est pour dire que comme toujours, Charlaine Harris est à mes yeux une romancière dotée d’un talent certain pour dépeindre les petites manies et le quotidien des gens « normaux », de tous ces petits coins un peu reculés des États-Unis qu’elle narre avec une certaine délectation dans ses romans.

Collage_Fotor

En conclusion … Ce tome 3 est un plaisir à bien des égards. Tout d’abord, la constance de qualité que la série conserve fait plaisir à voir. Ensuite, le récit s’étoffe mais suit toujours une ligne directrice intéressante et reste fidèle à son essence de départ. Et enfin, ça se lit en quelques heures à peine et permet de s’évader un peu. Bonne lecture donc, qui hâte d’autant plus mon envie de connaitre le mot de la fin.

2 réflexions sur “Frissons d’outre-tombe (#3 Les mystères d’Harper Connelly), Charlaine Harris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s