Le patient, Timothé Le Boucher

couv68738894Genre : Suspense 🇫🇷

296 pages


« À quoi bon se souvenir qu’on a vécu l’enfer ?

La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi une scène de massacre : toute sa famille a été assassinée… 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Pendant leurs séances, Anna tente de l’amener à se souvenir des circonstances du drame, malgré ses pertes de mémoire. Pierre lui évoque la présence mystérieuse d’un « homme en noir » qui hante ses rêves, probable réponse inconsciente à son traumatisme. Après plusieurs rendez-vous, Anna découvre en Pierre un être sensible et très intelligent. Touchée par son histoire, elle se met même à le prendre en affection. Petit à petit, une véritable complicité s’installe entre eux. Anna n’imagine pas à quel point ce patient va changer sa vie… »


png-4

✅ L’ambiance ; Tout ce que le bédéiste parvient à suggérer sans le montrer – j’ai été de fausses pistes en suppositions erronées !

⛔️ Quelques personnages qui manquent de profondeur ; Des aspects qui auraient gagnés à être plus détaillés ; La quatrième de couv’ !

Lecture faite dans le cadre du book club Grapique Livraddict de Juin 2020 : Lien.


La frénésie BD continue ! Cette lecture-ci était d’ailleurs prévue de longue date, via le book club graphique Livraddict – auquel je participais d’ailleurs le week-end dernier pour la première fois.

Nous avons donc découvert cette bande-dessinée – qualifiée de « roman graphique » (la différence tient-elle au nombre de pages ?).

Nous suivons le retour à la vie du jeune Pierre, 21 ans. C’est après six années de coma qu’il se réveille sur un lit d’hôpital, quelque peu perdu et incapable de bouger. Sa mémoire est embrumée, mais il se souvient : il est le seul survivant du massacre familial commis par sa sœur six années plus tôt. Son cas sera pris en charge par une jeune psy ayant travailler sur l’affaire autrefois : Anna. Elle s’est occupée de la sœur/coupable avant que celle-ci ne meurt, et désormais, elle souhaite, pour boucler la boucle, s’occuper du frère. Séances, vie à l’hôpital, amitiés, boulot qui déborde sur la vie personnelle …

af2be1_ecda9bc4ddd3439eb4b8efc6857b5afc~mv2

Rien d’étrange dit comme cela, n’est-ce-pas ? Et pourtant, quelque chose cloche, c’est indéniable. L’ambiance, la présence d’ombres et d’oiseaux, nous font sentir que le « sombre » n’est jamais bien loin. Tout du long, je me suis laissée balader comme une bleue par les fausses pistes ou des allusions volontaires (ou involontaires !) disséminées par l’auteur, que ce soit dans le texte ou le dessin. Et pour celles.eux qui auraient peur d’une fin ouverte, ce n’est pas l’impression que j’en garde, au contraire ; le tout m’a semblé conclu.

Je pense tout de même que l’album aurait pu gagné en subtilité, en creusant peut-être un peu plus certains personnages secondaires par exemple. Le scénario est de qualité, mais un manque se fait parfois ressentir pour faire de l’ambiance dérangeante un implacable suspens, tel un thriller hitchcokien … Car Anna, la psy, n’y aurait pas dénotée !

Le dessin et les couleurs n’ont pas fait l’unanimité lors de la discussion post-lecture. Pour ma part, le tout me plaît beaucoup. Le dessin est classique, épurée mais rend bien compte de l’hôpital tel que je me l’imagine, un lieu sans ostentation, où les teintes sont rarement vives. Quant aux couleurs en elles-mêmes, elles tirent beaucoup vers le pastel et là encore, je trouve que ça colle très bien au registre hospitalier, avec ces blouses roses, bleues ou blanches. Et puis la douceur qui s’en dégage est redoutable pour installer le décalage.

Il est certain que je me pencherai à l’avenir sur une autre œuvre de Timothé Le Boucher.

XVM0eb77a8a-5c43-11e9-9c65-b33fbd60939d-805x1077

En conclusion … Une découverte intéressante. L’auteur a un univers particulier et les thématiques qui se dégagent de cette bande-dessinée m’ont beaucoup intéressées, bien que ce ne soit pas un coup de cœur.

2 réflexions sur “Le patient, Timothé Le Boucher

Répondre à tampopo24 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s