Marvel 1602, Neil Gaiman & Andy Kubert

Genre : Fantastique/Uchronie

264 pages

Note : 3 sur 4.

✅ Univers efficace : on y croit dès le départ ; Le dessin et les couleurs sombres qui collent parfaitement à l’époque épeinte.

🔴 Le format « épisode » hache le rythme ; Des ellipses induisant parfois de la confusion.


Le titre est suffisamment évocateur : des (anti-)héros Marvel transposés dans l’Angleterre Elizabéthaine. J’étais réellement curieuse de découvrir ce titre et cette idée particulièrement originale, et ne suis clairement pas déçue.

Ce sont les héros les plus populaires de la firme que nous retrouvons donc dans ce comic, où chacun tient une place bien particulière. Ainsi, Nick Fury – devenu Nicholas – est-il l’homme de confiance de la reine Elizabeth ; Stephen Strange son médecin, elle qui semble arrivée au bout de son règne. Le jeune Peter Parker (ici Parthaugh) un jeune orphelin des bas quartiers recruté par le docteur en qualité d’assistant. Bref, je ne vais pas tous les énumérer, mais comme souvent, ils vont devoir faire face à une double menace : tout d’abord, celle venant du terrible Comte Otto Von Fatalis, toujours déterminé à nuire ; puis une seconde, plus mystérieuse : la météo est apocalyptique et menace littéralement d’engloutir le monde. Pourquoi cela ? C’est ce qu’ils vont tous devoir découvrir, croisant sur leur route des alliés et des ennemis bien connus.

Et pour nous immerger dans l’histoire, outres ces quelques patronymes « Elizabethisés », on peut compter sur un style de dessin et des couleurs sombres qui dépeignent tout d’abord parfaitement l’époque, mais aussi à l’atmosphère apocalyptique qui entoure nos protagonistes. Ce que j’ai apprécié par dessus tout, c’est le juste équilibre trouvé entre Histoire, « esprit » Marvel », uchronie, fantastique & aventures. Le scénario de qualité permet d’élever à un haut niveau ce qui n’aurait pu être qu’un défile de super héros en costumes de cuir bouilli. Mais quand on sait que Neil Gaiman est aux commandes, ce n’est guère étonnant.

Ma seule réserve est plus personnelle : c’est une édition intégrale que j’ai lu, compilant donc les différents épisodes de ce comics. Si j’ai su passer outre, le fait est que la lecture en une fois pourra sembler indigeste à beaucoup. C’est un comic qui, je suppose, s’apprécie d’autant plus en étant lu lentement.

En conclusion … Une très belle idée que de transporter les héros Marvel dans l’Angleterre du XVIIème siècle. Cela permet de les voir sous un nouveau jour, tout en conservant une grande fidélité aux récits originels.

6 réflexions sur “Marvel 1602, Neil Gaiman & Andy Kubert

  1. L'ourse bibliophile dit :

    Le nom de Gaiman est forcément alléchant pour moi et je ne connaissais pas du tout ce comics, donc merci pour la découverte ! A ton avis, faut-il s’y connaître en comics Marvel pour le lire ? Parce que ma connaissance s’arrête aux films et je suis loin d’être une inconditionnelle…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s