Anne d’Avonlea (Anne #2), Lucy Maud Montgomery

Genre : Historique/Terroir Jeunesse 🇨🇦

492 pages

Note : 4 sur 4.

✅ Une lecture solaire ; Les personnages, nouveaux comme déjà connus ; La drôlerie !

🔴 R.A.S. !

[Lu dans le cadre d’une LC sur LivrAddict]

• Mon avis sur le tome précédent.

« Ã€ la mort de son père adoptif, Anne renonce à ses études pour se consacrer à l’enseignement. Institutrice à l’école d’Avonlea, elle exerce son métier avec fougue et passion. Mais l’arrivée de deux jumeaux, orphelins eux aussi, va troubler sa sérénité car ils vont lui en faire voir de toutes les couleurs. »


Mais quel bonheur de retrouver Anne. Ce n’est pas que ma lecture a été débutée à reculons, mais il s’agissait alors de rattraper le retard accumulé concernant des lectures communes LivrAddict ; l’aspect « contraint », en somme, me jouait des tours. Pourtant, il ne m’a fallu que quelques lignes – merveilleusement immersives – pour plonger avec joie et délectation dans ce petit univers hors du temps et du monde qu’est l’île du Prince Edouard.

Anne a désormais seize ans, et elle a terminé l’école. Elle aurait aimé aller à l’université, mais le décès de Matthew dans le tome précédent a tout changé : désormais, c’est auprès d’une Marilla à la vue fragile qu’elle préfère rester, et épouse ainsi la carrière d’enseignante au sein de l’école d’Avonlea, dont elle a dans un passé proche elle-même usé les bancs. Comme toujours, Anne est bourrée d’idéaux : pas de châtiments corporels (nous sommes, je le rappelle, à la fin du 19ème siècle) mais une envie de comprendre et de partager avec les enfants dont elle aura la charge cette imagination qui lui est si particulière. D’autant plus qu’elle aura aussi fort à faire avec l’arrivée inopinée des enfants d’une cousine au troisième degré de Marilla morte récemment, et dont personne ne peut (veut, en vérité) s’occuper, Davy et Dora.


« Tu ne peux pas savoir quelles aventures magnifiques je vis pendant quelques instants chaque nuit lorsque je vais me coucher dans le pignon est. J’imagine toujours être un personnage très brillant, triomphant et splendide : une prima donna célèbre, une infirmière de la Croix-Rouge ou encore une reine. La nuit dernière, j’étais une reine. On peut retirer tout le plaisir de la situation sans en subir les inconvénients et faire cesser le sortilège dès qu’on le désire, ce qui est impossible dans la vraie vie. »


Si vous avez aimé le premier tome, nul doute que vous apprécierez celui-ci. C’est bien simple, on y retrouve tous les ingrédients du premier, mais meilleurs encore. Il y a d’abord évidemment Anne, ce personnage principal insaisissable et délicieux, qui vagabonde d’une pensée à l’autre avec une sincérité qui lui est toute particulière. Un personnage réellement adorable, qu’on admire et dont on aimerait gagner l’amitié. Puis celles et ceux qui gravitent autour d’elle (dont ma favorite, cette commère de Madame Lynde) – de nouveaux apparaissent également : on rencontrera ainsi un voisin un peu bourru mais jovial, une « vieille fille » fantasque, les enfants de la classe d’Anne ; mais surtout, c’est le personnage de Davy, l’un des deux jumeaux recueillis par Anne et Marilla à Green Gables, qui ajoute un petit truc en plus à cette suite. Ce gamin de six ans, qui n’est jamais avare en bêtises et en grandes pensées m’a fait mourir de rire à plus d’une reprise (la chenille à l’église 😂) et m’a aussi beaucoup attendri. Malgré le drame qu’il a connu – puisqu’il a perdu ses parents si jeune – la « vie » qui se dégage de lui a quelque chose d’électrisant. C’est en fait ça, le vrai secret de cette saga : relater un monde qui n’est pas sans drame, mais pas sans petits bonheurs quotidiens non plus. Et il me semble que c’est aussi une lecture qui, pour cette raison précise, était tout ce dont j’avais besoin en ce moment.

Le style d’écriture de l’autrice est encore une fois de grande qualité dans ce tome ; il y a d’abord la manière dont elle décrit la nature luxuriante et vierge de toute modernité et modification – on croit rêver en lisant certaines lignes, c’est complètement fou ! – mais aussi son habileté à faire grandir Anne subtilement, sans renier l’enfant qu’elle était. Bien que la fin annonce certains changements d’importance, je me dirige vers le troisième tome le cœur léger et inondé de toute cette bienveillance qui apaise.


En conclusion … Un second tome encore meilleur que le premier, à savourer sans plus attendre. ♥️

Logo Livraddict

2 réflexions sur “Anne d’Avonlea (Anne #2), Lucy Maud Montgomery

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s