Le château des animaux, tome 1 : Miss Bengalore, Dorison/Délep

Genre : Fantastique 🇫🇷

71 pages

Note : 3 sur 4.

« Quelque part dans la France de l’entre-deux guerres, niché au cœur d’une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d’un sabot de fer par le président Silvio… Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté… Miss Bangalore, chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s’allier au sage et mystérieux Azélar, un rat à lunettes pour prôner la résistance à l’injustice, la lutte contre les crocs et les griffes par la désobéissance et le rire… « 


Le château des animaux est une adaptation libre en BD de la bien connue Ferme des animaux de Georges Orwell, livre paru en 1945. Un titre que j’ai lu il y a des années dans le cadre des études et que j’avais beaucoup aimé – peut-être même un des livres qui m’ont le plus impressionné par la force de leur contenu.

Cette BD me faisait donc envie depuis fort longtemps, et c’est grâce à sa sélection au Prix Livraddict 2020 que je me décide enfin à la lire et l’ouvrir … Et je ne suis pas déçue.



Dans ce tome, nous allons découvrir la situation du « Château », un lieu situé en France et abandonné par l’homme (probablement à l’issue de la Grande Guerre). Désormais dirigé indépendamment par les animaux, un système qui se voulait au départ égalitaire y règne en terreur, sous la houlette d’un tyran, le taureau Silvio – entouré par sa milice de chiens et ses serviteurs cochons (en clin d’œil à l’œuvre d’origine ?). Et c’est à travers l’histoire de Miss B., une chatte maman de deux chatons et veuve depuis peu, que nous allons prendre connaissance de ce système qui – sous couvert de défendre la liberté des différents animaux en garantissant leur sécurité – les oppresse. Je n’en dis pas plus, mais l’oppresseur « suprême » a une identité somme toute … intéressante.

Rien à redire au niveau du scénario. Si ici on se détache de l’œuvre d’Orwell sur certains points, le fond reste le même – et la qualité du matériau d’origine fait que la qualité et l’efficacité sont là. Le dessin est beau ; il parvient à doter les animaux d’expressions et d’émotions « humaines » sans pour autant renier leur animalité, ce qui ajoute à la réussite de l’histoire. Un petit point de réserve peut-être : le tout m’a semblé assez convenu, classique. J’attends donc d’être davantage surprise concernant la suite.


En conclusion … Que vous ayez lu ou non l’œuvre d’Orwell, Le château des animaux saura vous donner satisfaction !

Logo Livraddict

Une autre bande-dessinée (dans un genre différent) qui parvient avec brio à faire « vivre » des animaux en tant que personnages principaux :

14 réflexions sur “Le château des animaux, tome 1 : Miss Bengalore, Dorison/Délep

  1. Camille dit :

    Bonjour 🙂
    J’ai vu que les adaptations de romans en bd sont assez à la mode en ce moment, et j’en ai vu plusieurs qui me donnent très envie. J’avais bien aimé la Ferme des animaux, que j’ai lu en anglais pour les cours, donc pourquoi pas commencé par celui-là !
    PS: ton blog est très beau et très intéressant !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s