En proie au silence #2 #3, Akane Torikai

Genre : Drame – 202 & 192 pages

Tomes précédents : #1


#2

« Après un premier tome choc, « En proie au silence » revient sans perdre de sa superbe ! Les enjeux se compléxifient, tandis qu’Akane Torikai, autrice de talent, continue de décrire les doutes et les errances de ses protagonistes… Inclus dans ce tome : une post-face de la grande Moto Hagio. »

Le premier tome de cette série qui analyse et dénonce les mécanismes des violences sexuelles, morales et plus largement les mécanismes de domination, s’il ne m’avait pas complètement conquise, m’avait en tout cas plu. Que ce soit au niveau du dessin ou du propos, j’avais aimé l’audace et la détermination de la mangaka. Mais … Ce deuxième tome m’a quelque peu laissé sur le carreau.

Deux raisons à cela : je trouve tout d’abord que l’histoire autour de Misuzu n’avance pas. Il y a bien quelques scènes la concernant, mais elles ne m’ont pas semblé trop pertinentes. Néanmoins, j’ai aimé les retours faits dans sa jeunesse (cf. planche du dessus), qui nous aide à mieux comprendre son étrange amitié avec Minako. Ensuite, il me semble que certaines questions soulevées sont trop inhérentes à la société Japonaise. Ce qui est normal en soit ; cependant, je pense que ma méconnaissance de ces mœurs me dessert ici. Ajoutez à cela des scènes trop brèves qui induisent un effet « brouillon » et … ça ne passe pas trop.

Au final, l’intérêt de ce tome réside plutôt du côté des lycéens, avec des intrigues qui avancent davantage et permettent de soulever des questions intéressantes.

Note : 1.5 sur 4.

#3

« Un malaise s’est installé entre Misuzu et Niizuma depuis que la professeure a exprimé le fond de sa pensée. L’adolescent, perturbé, ne sait plus comment se comporter avec elle. De son côté, Minako 
commence à se poser des questions sur Hayafuji, son fiancé, avec qui elle n’entretient plus de rapports charnels. A force de chercher à sauver les apparences, la jeune femme n’a-t-elle pas été trop loin dans ses compromis ? »

J’ai bien mieux apprécié ce troisième tome ! Enfin, l’intrigue tournant autour de Misuzu avance et parvient à se mêler à celles – multiples ! – des différents lycéens. Et surtout, Akane Torikai développe tout ce tome autour d’une thématique hyper intéressante : la culpabilité !

Sentiment de culpabilité de la victime, sentiment de profiter d’une ancienne victime, victime qui devient bourreau, … Ce tome ose tout, et y parvient avec un certain brio. Au final, le propos est bien plus fort ici – alors que le second tome misait sur des images fortes et choquantes pas forcément pertinentes. J’ai trouvé tout ce qui entoure Niizuma très intéressant – comme s’il essayait de tirer quelque chose de « positif » son statut de victime. C’est une étape d’évolution hyper intéressante, qui apporte enfin un peu d’espoir (et de nuance !) dans ce manga très sombre, même si le jeune homme se montre particulièrement maladroit.

Quant à la jeune Misakana, un peu laissée de côté dans le tome précédent, son arc est peut-être le plus sombre. Si pour l’instant je trouve intéressant que l’autrice en fasse une victime/bourreau, j’espère de tout coeur qu’elle va parvenir à ne pas tomber dans le caricatural la concernant.

J’attends donc le tome 4 de pieds fermes !

Note : 2.5 sur 4.

4 réflexions sur “En proie au silence #2 #3, Akane Torikai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s