La mer sans étoiles, Erin Morgenstern

Genre : Fantastique/Fantasy (j’hésite !)

640 pages

Note : 3.5 sur 4.

✅ Une ode aux livres et aux histoires ; Quelle plume !

🔴 Trop de références pop-culture figeant ce titre dans le temps.

[Lu dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Sonatine, via NetGalley France.]

📖 « Dans la bibliothèque de son université, Zachary Ezra Rawlins trouve un livre mystérieux, sans titre ni auteur. Découvrant avec stupéfaction qu’une scène de son enfance y est décrite, il décide d’en savoir davantage. C’est le début d’une quête qui le mènera à un étrange labyrinthe souterrain, sur les rives de la mer sans Étoiles. Un monde merveilleux fait de tunnels tortueux, de cités perdues et d’histoires à préserver, quel qu’en soit le prix… »


Erin Morgenstern avait fait grand bruit sur la blogosphère littéraire en 2012 avec son premier livre Le cirque des rêves, qui avait été un coup de cœur du plus grand nombre. Quant à moi, si je l’avais beaucoup aimé, je n’avais à l’époque pas encore de blog (mais l’avais connu par ce biais, donc … Ne sous-estimez jamais le pouvoir des blogs 👩🏻‍💻).

Désormais, me voici blogueuse et lorsque j’ai vu sur NetGalley que le titre était à nouveau disponible en service-presse (pour une sortie décalée d’avril à octobre) je me suis précipitée ! Et je vous le dis tout de suite : c’est clairement le genre d’histoire dont on a besoin en ce moment. Pour être honnête, c’est un livre particulièrement difficile à résumer. Il s’agit d’une expérience s’adressant à tous les amoureux des récits, des contes et de la narration, un genre de livre hommage non pas au livre lui-même mais aux histoires quels que soient leurs supports : contes oraux, livres papiers ou numériques, jeux vidéo …

Les chapitres n’ont a priori pas toujours de liens entre eux, ni de continuité, sauf une histoire qui se distingue dès le départ des autres : celle de Zachary Rawlins, un étudiant qui en flânant à la bibliothèque de l’université, va trouver un curieux ouvrage non référencé dans la base informatique de l’établissement. Pas de titre, pas d’auteur : il convient de l’emprunter tout de même et de le rapporter dès qu’il l’aura terminé. Quelle surprise pourtant en le lisant … Puisque l’histoire qui y est contée est la sienne, et qu’il y retrouve un symbole auquel il a déjà été confronté par le passé : une mystérieuse abeille dorée 🐝. En remontant la piste, il s’embarquera dans une aventure merveilleuse qui ne sera qu’un bel écho de sa passion pour l’aventure sous toutes ses formes.

« Vous l’avez pris à la bibliothèque, dit Zachary, qui se rend compte trop tard de la platitude affligeante de sa remarque. Vous étiez là-bas.

– Exact. Dix points pour la maison Serdaigle. »

La mer sans étoiles – bien qu’il soit classifié Fantasy sur un bon nombre de sites – est à mon sens un vrai beau roman fantastique (au sens merveilleux) pour adultes amoureux de la lecture. Tout comme Le cirque des rêves, je suis persuadée qu’il parlera au plus grand nombre ; on y retrouve des ingrédients somme toute classiques comme de la romance ou de l’aventure. Des références à la pop-culture également, ce qui créé un état de connivence agréable bien que cela ancre malheureusement trop ce titre dans son époque, là où il aurait pu devenir l’un de ses livres presque instantanément classique. C’est peut-être la petite erreur de l’autrice ici – elle est mince cela dit.

Du reste, on y retrouve la plume onirique déjà rencontrée dans Le cirque des rêves. Mais là où dans ce titre elle se montrait un peu trop didactique (par peur de perdre son lectorat en route ?), ici elle assume pleinement l’idée de ne pas présenter un récit linéaire. Cela peut faire peur au départ, mais les contes qui maillent le récit « fil rouge » sont tous particulièrement beaux (et toujours courts), laissant une place importante à l’interprétation personnelle. Cette spécificité participe à la création d’un récit lu nulle part ailleurs, qui nous fait même dépasser le simple statut de lecteur puisqu’il fait appel à nos habitudes, à nos pratiques, mais aussi à notre fantasme (on l’a tous non ?) de réellement tomber dans un monde imaginaire, d’être l’élu.e, celui ou celle à qui la vérité se révèle. Bref, un héros ou une héroïne.


En conclusion … Vous voulez vous évader et rêver ? Ouvrez La mer sans étoiles et …

✨ laissez-vous porter ! ✨

Logo Livraddict

7 réflexions sur “La mer sans étoiles, Erin Morgenstern

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s