Les enfants-loups Ame et Yuki #1 #2 #3, Yû (d’après une histoire de Mamoru Hosoda)

Genre : Fantastique – 156, 164 et 205 pages

#1

« Dans une université de la banlieue de Tokyo, Hana s’éprend d’un étudiant de sa classe aussi beau que mystérieux. Alors que leurs sentiments s’approfondissent, ce dernier lui révèle un secret susceptible d’ébranler leur relation : sa vraie nature est celle d’un homme-loup. Forte de son amour, la jeune fille l’accepte et de leur union naissent une fille, Yuki, puis un garçon, Ame, deux enfants mi-humains mi-louveteaux. Mais confrontés au regard des autres, il leur faut cacher cette différence… »

J’ai le plaisir de découvrir ce manga – adapté du film et du roman du même nom – via le book-club graphique LivrAddict du mois de novembre. Le book-club ne portait d’ailleurs que sur ce premier tome … mais j’ai tellement aimé que – comme j’avais les deux suivants à ma disposition – j’ai tout lu (ce qui donne du coup cet article indigeste !).

Le film, je l’ai vu lors de sa sortie au cinéma. Cela fait donc quelques années, et si je me souviens l’avoir apprécié, les détails eux m’échappent en revanche complètement. Mais qu’importe, je me souviens de l’histoire et ai conscience que a entre les mains une histoire en or qu’il ne tient qu’à elle de magnifier. Pour autant, je ne souhaite pas me lancer dans une comparaison entre les supports et vais donc avant tout évaluer mon plaisir de lecture !

L’histoire se déroule au Japon. Hana, une jeune étudiante dotée de peu de moyens financiers, est ce qu’on peut appeler une personne studieuse. Un jour, alors qu’elle est en cours, elle aperçoit un jeune homme qu’elle n’avait jamais vu jusque là. Ils finissent par sympathiser, tombent amoureux. Il lui révèle alors son lourd secret : il peut changer de forme et devenir loup, mais est malheureusement le dernier représentant de son espèce. De leur amour vont naître deux enfants : une petite fille d’abord prénommée Yuki, puis un garçon, Ame – tous les deux aptes à changer de forme.

Mais une tragédie va frapper la petite famille, qui va devoir se serrer les coudes pour s’en sortir. Les enfants sont encore jeunes – aussi n’ont-ils pas ou peu conscience des problèmes que peuvent poser leurs soudains changements de forme dans des moments de colère ou d’amusement. C’est avec cela qu’Hana va devoir jongler, elle qui n’ose même pas s’adresser à un médecin de peur que ses enfants soient découverts, incompris.

Il y a donc beaucoup de sensibilité dans ce premier tome introductif mais efficace, qui nous pose très simplement les bases d’une histoire qui va questionner la différence, le regard des autres, le rapport à la nature et à l’animal. Du dessin comme de l’histoire émane beaucoup de douceur, tout cela accentué par de beaux personnages expressifs et attachants ; on a Hana et son courage qui n’appartient qu’à elle, Yuki la petite rebelle fière et impétueuse là ou Ame semble plus être quelqu’un de doux, qui va avoir besoin de temps pour se construire et trouver son identité auprès de cette soeur un peu écrasante.

À noter aussi que j’ai beaucoup apprécié l’agencement des « cases » (dit-on cela pour les manga ?) et des dialogues ; c’est hyper fluide à lire.

Note : 4 sur 4.

#2

« L’installation à la campagne s’accompagne pour Hana, Ame et Yuki, de la découverte de nouveaux horizons. Si le premier contact avec la nature se révèle rude pour Hana, qui tente de nourrir sa petite famille en faisant pousser ses propres cultures, sa persévérance et la main chaleureuse tendue par les habitants de la région vont rapidement porter leurs fruits. De leur côté, Ame et Yuki grandissent jour après jour et font l’apprentissage de la vie. Par-delà les défis quotidiens, ils sont peu à peu amenés à faire un choix : se fondre dans la société des hommes ou répondre à l’appel de la nature sauvage… »

Ce tome 2 reprend là où le premier s’était arrêté, peut-être à quelques jours près. Hana est désemparé devant ses plants qui fanent, elle qui comptait pouvoir nourrir sa famille grâce à un potager – et faire par la même occasion des économies. Elle qui avait si peur de l’extérieur va alors se rendre compte qu’il existe dans sa campagne reculée un véritable réseau de solidarité. Tout cela va lui redonner foi en l’extérieur, et même si les aptitudes des enfants demeurent un secret bien gardé, elle aborde la vie avec un peu plus de légèreté – acceptant même que Yuki entre en classe de de CP.

Cette dernière, bien trop heureuse, est très vigilante quant à son comportement à l’école – bien qu’elle se sente parfois en décalage avec les autres élèves à cause de son secret. Quant à Ame, il se sent bien moins à son aise que sa soeur parmi les humains. Toujours plus « sauvage », on sent que quelque chose se joue le concernant même si ce second tome ne nous apporte pas encore la réponse.

Ce second tome est donc a priori un peu moins mélancolique que le premier – marqué par la mort du père et l’isolement constant de la famille. Pourtant, avec le recul, il me semble y discerner une tristesse différente – puisqu’Ame et Yuki se posent énormément de questions sur leur identité. Eux qui ne sont ni tout à fait humains, ni tout à fit bêtes se battent tour à tour pour trouver leur place avec plus ou moins de succès. Mélangez à cela les tourments de l’adolescence pour l’aînée, et les questionnements de pré-ado pour le cadet …

Bref, encore une fois, c’est un carton plein pour cette belle adaptation.

Note : 4 sur 4.

#3

« Yuki n’a finalement pu tenir la promesse faite à sa mère. Acculée par Sôhei, elle s’est instinctivement métamorphosée en louve avant de blesser le jeune garçon au visage… Ame, quant à lui, aspire de plus en plus à vivre dans les montagnes. Un soir, son désir de grands espaces le pousse à fuir la maison familiale malgré la pluie battante. Folle d’inquiétude, Hana se lance à sa recherche alors même qu’une tempête se lève… « 

L’histoire s’accélère dans ce troisième tome pour Yuki comme pour Ame, mais sur des axes bien différents. Si le frère et la soeur s’aiment profondément, leurs envies divergent. Ame ressent de plus en plus intensément l’appel de la nature, tandis que Yuki, bien qu’elle se soit laissée dépasser par un coup de sang en se transformant contre son gré, s’ancre de plus en plus dans l’humanité et en vient presque à rejeter « sa » louve. L’incompréhension est donc grandissante, et cela ne facilite le rôle de mère d’Hana.

C’est une tempête touchant le département qui va rebattre les cartes et déterminer, finalement, la trajectoire de chacun.

Ce troisième tome est, à l’image des deux précédents, une réussite. Le ton y est plus mature, les sentiments plus exacerbés : il y a des peurs rentrés qui sont enfin formulés, des envies aussi. Hana surtout se retrouve face à des dilemmes mais c’est une mère franchement exemplaire, qui a à coeur de soutenir l’indépendance de ses enfants quoi qu’il en coûte – y compris pour elle. Elle m’a, particulièrement dans ce tome, touchée dans son dévouement total.

Note : 4 sur 4.

Avis global sur la série : Une adaptation en manga fort réussie. La mangaka Yû parvient tout en respectant l’histoire d’origine à insuffler beaucoup de tendresse dans cette belle œuvre qui s’adresse à tous.

7 réflexions sur “Les enfants-loups Ame et Yuki #1 #2 #3, Yû (d’après une histoire de Mamoru Hosoda)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s