Heartstopper #1, Alice Oseman

Genre : Romance 🇬🇧

272 pages

Note : 4 sur 4.

✅ Justesse, dĂ©licatesse, Ă©motions, bienveillance … ♄

🔮 RAS !

« Ceci est l’histoire de deux lycĂ©ens. Nick, le rugbyman au sourire solaire. Charlie, le musicien au coeur solitaire. Parce qu’ils Ă©voluent dans des cercles diffĂ©rents, parce qu’ils n’ont pas le mĂȘme caractĂšre, leur amitiĂ© n’Ă©tait pas gagnĂ©e. Pourtant, petit Ă  petit, de façon irrĂ©sistible, Charlie tombe amoureux. MĂȘme s’il sait que Nick aime les filles. MĂȘme s’il sait qu’il n’a aucune chance. Alors, pour ne pas mettre en pĂ©ril cette amitiĂ© naissante qui compte pour lui plus que tout, Charlie prĂ©fĂšre garder le silence… »

Cela fait dĂ©jĂ  quelques mois que cette sĂ©rie de comics made in UK par une jeune autrice talentueuse, Alice Oseman, enflamme la blogosphĂšre et les diffĂ©rents rĂ©seaux de lecture. Pour tout dire, j’attendais un peu dĂ©sespĂ©rĂ©ment qu’il soit disponible dans les collections du rĂ©seau de mĂ©diathĂšques au sein duquel je travaille, aprĂšs l’avoir feuilletĂ© rapido Ă  la FNAC en l’an -1 avant le COVID (oui, je dis LE) et … C’est enfin arrivĂ© ! J’ai donc pu profiter de ma pause dĂ©jeuner pour le lire en exclusivitĂ© (pas couvert, pas rentrĂ© dans la base, rien !) et … C’Ă©tait furieusement bien.

Royaume-Uni. Charlie est en classe de troisiĂšme au sein d’une Ă©cole pour garçons (mĂ©langeant donc collĂšge et lycĂ©e selon nos niveaux Français). AprĂšs avoir vĂ©cu un dĂ©but de collĂšge compliquĂ© – puisqu’il Ă©tait harcelĂ© par d’autres Ă©lĂšves du fait de son homosexualitĂ© – Charlie jouit dĂ©sormais d’une certaine tranquillitĂ©. PlutĂŽt bon Ă©lĂšve, sportif (c’est une vraie flĂšche Ă  la course Ă  pied), il passe la plupart de son temps avec son bon pote Tao et profite des pauses du midi et autres interclasses pour retrouver Ben, un garçon avec lequel il entretient une relation compliquĂ©e puisque ce dernier a Ă©galement une petite amie au grand jour. Un peu lassĂ© par cette situation puisqu’il a plus le sentiment de servir d’expĂ©rience Ă  Ben qu’autre chose (j’ai d’ailleurs Ă©tĂ© un peu triste pour ce Ben qui finalement, ne semble ĂȘtre qu’un adolescent de plus soumis Ă  des pressions diverses), il se lie progressivement d’amitiĂ© avec Nicolas dit « Nick », un Ă©lĂšve un plus ĂągĂ© qu’il retrouve au grĂ© d’un groupe de tutorat.

Nick est plutĂŽt ce qu’on peut qualifier de « populaire« . Membre de l’Ă©quipe de rugby, c’est un garçon sympathique, bienveillant, qui va trĂšs vite remarquer les aptitudes sportives de Charlie et l’initier au ballon ovale car son Ă©quipe a besoin d’un joueur rapide. Un ami prĂ©cieux, rare … mais tout va se compliquer pour Charlie quand les sentiments vont commencer Ă  s’en mĂȘler.

Ce premier tome prend donc le temps de dissĂ©quer tout d’abord une rencontre et la construction d’une relation forte entre deux garçons pas si diffĂ©rents que cela – si ce n’est sur le physique. Nick et Charlie, chacun Ă  leur maniĂšre, sont attachants. DerriĂšre la « caricature » (le colosse rugbyman vs. le gringalet), il y a des nuances, des clichĂ©s qui sont abattus d’une phrase, d’une idĂ©e, d’un dessin. Charlie a peut-ĂȘtre ce style un peu geek et cette silhouette fluette, mais il excelle en sport. Nick est certes un garçon populaire, mais n’a pas besoin de dĂ©molir les autres pour se sentir bien. Ainsi, Alice Oseman dĂ©montre vite que les deux partagent des centres d’intĂ©rĂȘts tout Ă  fait lambda comme le cinĂ©ma ou les jeux vidĂ©os.

Au-delĂ  de qualitĂ©s visuelles bien prĂ©sentes – j’y reviendrai en dessous – ce qui fait la rĂ©ussite de ce comic, c’est qu’il rĂ©ussit Ă  capter un « truc » dans l’air du temps, sans figer l’histoire elle-mĂȘme dans une pĂ©riode trop donnĂ©e … L’histoire racontĂ©e dĂ©passe en force le temps « t » durant lequel se dĂ©roule le rĂ©cit, il y a une espĂšce … je ne sais pas … d’universalitĂ© qui s’en dĂ©gage, ce qui est gĂ©nial puisque c’est une qualitĂ© qui va faire que cette Ɠuvre va parler au plus grand nombre.

Des qualitĂ©s donc, avec ce dessin Ă©galement qui m’a charmĂ©. Je sais que ça n’a pas Ă©tĂ© le cas de tout le monde, c’est un point nĂ©gatif qui revient parfois, mais pour le coup j’ai beaucoup aimĂ©. C’est certes simple – et oui il y a eu une scĂšne oĂč je n’ai pas reconnu le bon personnage (j’ai pris Ben pour Nick en gros) – mais hors de ce petit couac, les lignes assez ondulantes donnent une impression de mouvement plaisante, qui apporte de ce fait vachement de dynamisme. Les diffĂ©rentes nuances de gris sont aussi hyper bien utilisĂ©es, mettant en lumiĂšre les Ă©motions des personnages en nous poussant Ă  nous focaliser sur leurs visages.

Le dernier tiers de l’histoire m’a vraiment tenu en haleine. C’est la partie la plus rĂ©ussie du comic, celle qui personnellement m’a le plus touchĂ©e – le genre d’histoire que j’aurais aimĂ© lire Ă  l’Ăąge des personnages !

En conclusion … Un comic en mode « tranche de vie » rĂ©ussi, qui a le mĂ©rite d’aborder un sujet qui gagne heureusement en visibilitĂ© : l’orientation sexuelle et la nĂ©cessitĂ© de sortir des catĂ©gorisations. J’ai hĂąte de pouvoir lire le tome 2 !

Logo Livraddict

Un roman récent abordant des thématiques connexes, mais ayant pour personnages des femmes adultes :

4 réflexions sur “Heartstopper #1, Alice Oseman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s