La captive de Dunkelstadt, Magali Lefebvre #plib2021

Genre : Fantastique đŸ‡«đŸ‡·

148 pages

Note : 3 sur 4.

✅ En moins de 150 pages : quelle ambiance ! ; Original dans certaines de ses idĂ©es ; La fin ♄

🔮 Une ellipse grossiùre aux deux-tiers du roman.

[ #9782490417698 – Lu dans le cadre du PLIB 2021]

« Ă‰mile Dupontel compte terminer son tour de l’Europe en beautĂ© avant de devenir notaire, comme on l’attend de lui. Friand de frissons comme de bonnes histoires, il jette son dĂ©volu sur le chĂąteau de Dunkelstadt, dont l’architecture, digne d’un conte de fĂ©e macabre, a enfantĂ© moult superstitions. Dans ces terres reculĂ©es, Émile Ă©tait prĂ©parĂ© Ă  tout, sauf Ă  tomber sous le charme de la belle Katarina, beautĂ© sibylline, recluse entre les murs d’un Ă©difice qui a tant Ă  conter. Secrets chuchotĂ©s et Ă©chos sinistres ont beau hanter les couloirs, Émile est dĂ©terminĂ© Ă  faire la lumiĂšre sur le mystĂšre de Dunkelstadt, quitte Ă  s’y Ă©garer lui-mĂȘme
 et Ă  perdre Katarina. »

Sous le rĂšgne du Roi Soleil. Émile Dupontel est un jeune homme qui vient tout juste de terminer ses Ă©tudes en vue de reprendre la charge de notaire de son pĂšre. Pour fĂȘter cela, il a entrepris un voyage qui l’amĂšne lorsque notre histoire commence Ă  Dunkelstadt, en pleine ForĂȘt-Noire, afin de voir un chĂąteau dont on lui a vantĂ© la beautĂ©. Le village en contrebas est peuplĂ© de gens bons, qui lui ouvrent grand la porte … Jusqu’Ă  ce qu’il se mette Ă  poser des questions concernant l’Ă©difice. Qu’il soit prĂ©venu : Wolfenschlöss comme il est surnommĂ© est un lieu maudit, duquel il ne faut guĂšre s’approcher sous peine de n’en jamais revenir.

Bien Ă©videmment, la curiositĂ© sera plus forte et trĂšs vite, Émile fait la connaissance de la Comtesse occupant les lieux, ainsi que de la fille de cette derniĂšre, Katarina – une « beautĂ© sibylline » donc dont il tombe immĂ©diatement et irrĂ©mĂ©diablement amoureux. Seul problĂšme : la demoiselle ne peut guĂšre sortir du pĂ©rimĂštre du chĂąteau Ă  cause semble-t-il d’une sorte de malĂ©diction. Peu importe : il est bien dĂ©cidĂ© Ă  conjurer le sort.

« Ă‰mile, si vous souhaitez vivre Ă  mes cĂŽtĂ©s, il n’y a pas que des interdits Ă  respecter. Il y a aussi des apparences dont il faut se mĂ©fier.« 

Cent quarante-huit pages et pas une de plus. Vous voulez mon avis ? Les meilleurs romans « d’ambiance » sont les plus courts, et celui-ci ne dĂ©roge pas Ă  la rĂšgle. Nous sommes ici face Ă  une sorte de romance fantastico-gothique plutĂŽt maligne, qui sait jouer sur des atmosphĂšres Ă  coup de concepts efficaces ; pour commencer, la simple Ă©vocation de la ForĂȘt-Noire qui place immĂ©diatement dans nos petites tĂȘtes de lecteurs des images de mousses touffus, de massifs montagneux et de branches de sapins tapissant le sol des denses forĂȘts … Avec toujours un lĂ©ger brouillard flottant. Puis, le chĂąteau « merveille architecturale » qui Ă©voque les chĂąteaux quasi fĂ©Ă©riques allemands. Enfin, le village, pourtant peu Ă©voquĂ©, parlera aux amateurs de Fantasy qui s’imagineront un Ă©troit bourg comme figĂ© dans le temps.

Une fois tout ça en place – en quelques pages seulement – l’histoire coule toute seule. Émile est un personnage plaisant, suffisamment Ă©toffĂ© ; pas rebelle pour un sou, il se lance sans le savoir dans une affaire qui va bien vite le dĂ©passer avec un certain courage et une naĂŻvetĂ© touchante (et un petit moment de bĂȘtise confondante 😅) – mais qui s’avĂšreront finalement salvateurs. Une subite accĂ©lĂ©ration dans la narration Ă  un moment du livre gĂąche un peu Ă  mon sens son Ă©volution vers l’Ă©mancipation (pour celles et ceux qui l’aurait lu : j’aurais aimĂ© quelques dĂ©tails sur sa relation avec le fantĂŽme, ainsi que sur la maniĂšre dont ils ont imaginĂ© « le plan ») mais globalement, c’est un personnage bien Ă©crit et cohĂ©rent. Les autres sont vraiment en retrait, mis Ă  part Katarina, dĂ©crite avec subtilitĂ© dans sa dualitĂ©.

Ajoutez Ă  cela le style de l’autrice, qui convient parfaitement Ă  cette ambiance volontairement brumeuse. On ne peut pas rĂ©ellement qualifier sa plume de soutenue, mais elle a un « truc » indĂ©niablement ! La langue est belle, la longueur des phrases parfaitement dosĂ©e … Un vrai plaisir Ă  lire (sans compter qu’il n’y a pas une seule coquille : quel bonheur !).

En conclusion … Excellente dĂ©couverte que je vous conseille vivement si vous aimez ce genre d’ambiance.

Logo Livraddict

7 réflexions sur “La captive de Dunkelstadt, Magali Lefebvre #plib2021

  1. zoelucaccini dit :

    Je te rejoins totalement, ce livre est trĂšs bien Ă©crit et le rendu de l’ambiance est excellent. j’ai beaucoup aimĂ© aussi la dualitĂ© de Katarina, loin du type de l’hĂ©roĂŻne de conte bien sage.
    Par contre, c’est intĂ©ressant ta remarque sur l’ellipse, cela ne m’a pas du tout marquĂ©e, du coup j’en ai profitĂ© pour relire ce passage !
    C’est vrai que maintenant que tu le dis, ça crĂ©e une ellipse assez large. A la premiĂšre lecture, j’avais trouvĂ© le tout trĂšs cohĂ©rent et homogĂšne. J’y avais trouvĂ© une continuitĂ© dans l’action. Un dĂ©veloppement sur les relations entre Emile et le fantĂŽme la ralentirait et on perdrait peut-ĂȘtre en concision, qui est aussi Ă  mon avis un des ressorts qui permettent Ă  cette histoire d’ĂȘtre aussi percutante.
    Cela dit, c’est vrai que ça aurait pu ĂȘtre intĂ©ressant de davantage poser les bases de « l’aprĂšs », de vraiment comprendre comment on passe de l’Ă©tat de captivitĂ© Ă  la rĂ©solution. Mais en Ă©crivant ça, je me demande si ça n’aurait pas aussi amoindri le cĂŽtĂ© fantastique et mystĂ©rieux du « plan »… ?

    (PS : j’ai bien ri quand tu Ă©voques un « petit moment bĂȘtise confondante » en parlant d’Emile ! c’est vrai que parfois, il n’est pas trĂšs futĂ© !!)

    En tout cas, trĂšs belle chronique, je suis tout Ă  fait de ton avis sur le roman en gĂ©nĂ©ral ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Les Mots de Mahault dit :

      Tu n’as pas tort concernant l’ellipse, je me suis aussi posĂ©e la question ; disons qu’aprĂšs avoir laissĂ©e la lecture « mĂ»rir » davantage, ce n’est pas tant le manque d’une scĂšne que j’ai ressenti mais plutĂŽt une accĂ©lĂ©ration maladroitement amenĂ©e. AprĂšs, c’est un ressenti propre, et ça reste vraiment de l’ordre du dĂ©tail parce que globalement ça ne nuit en rien Ă  la lecture. 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s