Fleurs au creux des ruines (#0 Récits du Demi-Loup), Chloé Chevalier

Genre : Fantasy 🇫🇷

120 pages

Note : 3.5 sur 4.

✅ L’univers du Demi-Loup ; En apprendre davantage sur l’Histoire du royaume ; Le style de Chloé Chevalier, toujours aussi bon.

🔴 À réserver aux amateurs ayant au moins lu les deux premiers romans ; Il aurait fallu la carte du Demi-Loup en début d’ouvrage, comme dans les autres tomes.

Mes chroniques de la saga : Tome 1Tome 3Tome 4

« Sur le futur royaume du Demi-Loup, au cours des siècles précédant les Récits… que l’on connaît, peuples et cultures se succèdent, au gré des événements politiques et des caprices de la nature. Des terres encore sauvages, les premières pierres que l’on y pose, une nouvelle guerre, un dernier exil et un ultime espoir : Notre première graine. L’Art ou la Viande, désamour épistolaire, reflet d’une civilisation trop raffinée pour garder l’équilibre, qui n’attend que de choir.
Quand vint la fin des temps, quand le sol trembla et les montagnes crachèrent leur souffre, ruinant tout ce qui fut, Lors chantèrent les bêtes. La tour sous le Gris ou un monde de cendres, qui ne demande qu’à renaître, grâce à l’amitié de Varelle et Jojo, deux adolescents fort différents »

Quitte à me répéter encore (car je l’ai déjà dit dans mon bilan annuel 2020 et dans un récent #TTL ayant pour sujet les coups de cœur 2020), Les récits du Demi-Loup de Chloé Chevalier ont constitué ce qu’il convient d’appeler une excellente lecture. Une « Fantasy sans magie » qui décortique les relations de cinq jeunes femmes qui ne sont pas n’importe qui : deux futures reines, ainsi que leurs suivantes – et l’occasion de (re)constater l’importance effrayante de l’intime dans le politique. En guise de véritable conclusion du coup – parce qu’il m’en fallait plus !, je me suis attelée en début de semaine à la lecture de ce mince recueil de nouvelles nous proposant d’explorer l’histoire du Demi-Loup, bien des années avant que nos héroïnes n’y naissent.

Il y a donc quatre nouvelles dans ce recueil, d’une longueur à peu de choses près égale. Le plus significatif est surtout qu’elle se déroule dans l’ordre chronologique de l’Histoire, nous permettant ainsi d’en savoir plus sur un royaume qui au final, était condamné d’avance par un Empire qui semble décidément insubmersible et infatigable.

« Nous avons vécu trop peu sur ces terres et n’avons pas eu le temps de les explorer réellement. Elles ne nous appartiennent pas. Nous sommes ici comme des fourmis sur un pot de miel. Là pour prélever notre pitance, mais seulement de passage. »

La nouvelle la plus faible est sans conteste la troisième, titrée « Lors chantèrent les bêtes« . Si elle nous relate un point essentiel de l’histoire du Demi-Loup (et qu’elle fait au passage un joli clin d’œil au personnage de Crassu) – à savoir comment une catastrophe naturelle a précipité un âge sombre – elle souffre à mon sens de quelques longueurs ; sans pour autant être mauvaise ! Le reste du recueil m’a en revanche énormément plu. Je retiens particulièrement « L’Art ou la Viande« , récit épistolaire (un poil caustique) entre un couple de jeunes amoureux venant de deux milieux totalement différents, qui au travers de leurs échanges, vont nous expliciter un Demi-Loup qui se pensait à son apogée tant culturel que politique. Un sentiment de supériorité qui l’a d’ailleurs plus d’une fois perdu …

On retrouve avec bonheur dans chacune de ces nouvelles le style hyper efficace de Chloé Chevalier ; même lorsque le récit se fait davantage lumineux et porteur d’espoir – comme c’est le cas dans la dernière nouvelle « La tour sous le Gris » – elle nous montre une fois encore qu’elle n’a pas son pareil pour nous faire sentir que la menace gronde et que rien ne pourra jamais aller bien. La noirceur qu’elle parvient à instiller me laisse chaque fois coite. Peut-être a-t-elle été davantage accentuée par le fait que j’ai lue la saga dans son entièreté c’est vrai, mais il n’y a pas que ça. Au final, ma seule grosse réserve va à l’absence de la traditionnelle carte de Melchior Ascaride à laquelle j’adore me référer (même si effectivement elle n’aurait pas forcément collée à l’époque).

À savoir que c’est un recueil dont la parution s’est faite après le second tome mais que je conseillerai de lire une fois la saga achevée pour en profiter au mieux. En revanche, je ne le conseille pas du tout au lecteur ou à la lectrice qui désirerait faire un premier pas dans cet univers ; il n’est pas fait pour cela.

En conclusion … À lire, pour tous les mordus du Demi-Loup qui souhaiterait prolonger le plaisir !

Logo Livraddict

6 réflexions sur “Fleurs au creux des ruines (#0 Récits du Demi-Loup), Chloé Chevalier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s