Monsieur désire ?, Hubert/Virginie Augustin

Genre : Historique 🇫🇷

96 pages

Note : 4 sur 4.

✅ D’une grande beauté ; Les rapports au sein de la domesticité ; La mélancolie qui en émane ; La qualité du dossier en fin d’ouvrage.

🔴 /

« Dans l’Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique discrète, vient d’entrer au service d’Edouard, un noble arrogant et provocateur, habitué à choquer son entourage. Mais Lisbeth n’est pas du tout impressionnée et entre les deux naît une complicité, malgré leurs disparités sociales, provoquant la jalousie des autres domestiques. « 

Je ne connaissais pas du tout cette BD avant de tomber dessus un peu par hasard ; cette silhouette élancée, cette domestique en fond qui semble jeter un regard inquiet vers son supposé maître et enfin le fait qu’il s’agisse d’un one-shot ? Allez, go.

Nous sommes dans l’Angleterre Victorienne. La BD commence sur l’image de Lisbeth, une jeune bonne qui n’est pas vraiment une beauté, prenant sa fonction en la demeure d’un jeune Lord réputé aussi libertin qu’il est riche – Edouard. Comme le veut l’usage, il se croise plusieurs fois sans même échanger un regard jusqu’à ce qu’une nuit de célébration nationale (les noces de la Reine), alors qu’elle est d’astreinte avec la cuisinière, elle se retrouve à s’occuper seule de son maître rentré ensanglanté ; vraisemblablement parce qu’il a été mêlé à une rixe. Sur ce jeune homme réputé bon amant qui fait tourner les têtes, elle ne posera guère qu’un regard attentif en le déshabillant et en le couchant. Le lendemain, il la convoque et se met à lui raconter ses différentes frasques sexuelles. Leurs échanges, aussi étranges soient-ils, se répèteront, jusqu’à provoquer la jalousie du reste de la domesticité, bien déterminée à faire payer à Lisbeth cette inconvenance qui bouleverse l’ordre strictement hiérarchique de la maisonnée.

Monsieur désire ? est bien évidemment une BD qui aborde la question du rapport – violent – entre les classes en cette Ère Victorienne et l’importance de la hiérarchisation, même au sein de ceux qu’on peut estimer les plus modestes. En effet, la domesticité elle-même montre un attachement réellement troublant à cette notion d’ordre qui structure il faut le dire, toute la vie des êtres qui la composent – et un manque effarant, bien que finalement compréhensible, de solidarité. En ce sens, j’ai beaucoup pensé durant cette lecture aux Vestiges du jour de Kazuo Ishiguro ❤️, un de mes livres favoris, qui raconte le triste parcours d’un domestique complètement passé à côté de sa vie et qui va en prendre conscience brutalement. La bonne Lisbeth, bien qu’elle serve de confidente à son maître n’en reçoit pas moins de traitement de faveur, puisque l’intendante elle-même l’a dans le nez du fait de l’attention qu’elle obtient.

C’est un personnage intéressant pour le coup Lisbeth, puisqu’elle refuse de fonctionner selon ces logiques MAIS refuse aussi de se rebeller. Elle a atteint un niveau d’abnégation, de résilience fou – un parangon de patience qui attend son heure avec non pas une espérance, mais une attente tenace du moment où elle trouvera l’opportunité de partir. On devine bien qu’elle a assisté à des choses difficiles par le passé même si on n’en a guère les détails. Edouard quant à lui est un jeune Lord de son temps, imagine-t-on, imbu de lui-même, qui n’hésite pas à trousser absolument tout ce qui bouge. Tel un Valmont (qu’il cite je crois à un moment), son truc, c’est de tenter de choquer pour faire réagir et mettre son prude siècle face à ses contradictions. Une explication bien foireuse de son mal-être. Pourtant, il y a selon moi quelque chose de plus profond en lui que cela (et là ça tient de l’interprétation perso), une fêlure béante due à une première expérience sexuelle dans sa jeunesse qui l’a profondément marquée et où la question du consentement se pose clairement (pas de spoiler, ça arrive assez vite dans la BD). Depuis, il s’est lancé dans une sorte de course à l’échalote (orgies, prostituées, …) mais ne semble plus rien ressentir, sans compter qu’à part s’en gausser (ses « amis ») ou avoir honte (sa mère), personne autour de lui ne semble vouloir lui prêter la moindre attention. Il y a donc beaucoup de scènes de sexe dans cette BD – très crues – mais elles ne sont absolument jamais sensuelles. Elles sont même (là encore, c’est perso) douloureuses quelque part à regarder tant il s’agit d’un sexe triste symptomatique d’un état moral au plus bas. Mon interprétation est en tout cas que le fait que Lisbeth ne désire pas sexuellement Edouard justifie ce drôle de lien qu’il tisse avec elle, puisqu’elle incarne presque une figure maternelle auprès d’un homme qui n’a jamais réellement grandi.

Pour terminer, ajoutons que vous trouverez à la fin du livre un dossier très complet (et intéressant) décrivant cette Angleterre Victorienne ou l’opulence côtoie la misère la plus noire – un peu comme dans Du bout des doigts de Sarah Waters et ce Londres absolument sinistre et dangereux qui y est dépeint. Et enfin, le scénario et plus globalement l’idée générale de cette BD m’ont tellement plu que je n’ai pas parlé du dessin : il est superbe, comme un peu flou, mais en même temps abondamment détaillé, avec une utilisation des ombres qui magnifie le tout. On plonge à pieds joints dans l’époque avec cette demeure aux riches ameublements où se déroulent la majorité des scènes, mais tout aussi aisément dans la misère des rues de Londres que les nombreux fiacres des plus riches croisent sans même la regarder.

En conclusion … Monsieur Désire ? est une très belle œuvre, de celles qu’il n’est pas forcément facile d’appréhender. Je serai curieuse de savoir si je suis la seule à en avoir cette interprétation.


4 réflexions sur “Monsieur désire ?, Hubert/Virginie Augustin

  1. tampopo24 dit :

    Je suis à la fois tentée par le sujet et freinée par l’idée de ces scènes de sexe tristes et peut-être violentes ou malsaines selon comment on les perçoit. Alors pouvoir tomber dessus pour je feuilleter.

    Dans un autre registre, si tu ne l’as pas lu, il y a aussi le très beau Emma de Kaoru Mori qui se passe pendant cette époque. Je te le recommande chaudement 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s