Daisy : Lycéennes à Fukushima #1 #2, Reiko Momochi

Genre : Contemporain 🇯🇵 – 192 & 176 pages

#1

« Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n’ose plus sortir de chez elle. Trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu’elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n’était, quand même une simple pluie représente la menace d’une contamination radioactive ? Heureusement, elle pourra compter sur Moé, Ayaka et Mayu, ses trois meilleures amies. Ensemble, elles comptent bien profiter de la vie, et surtout sortir toutes diplômées du lycée ! Elles décident alors de créer un groupe de musique, Daisy, pour se redonner du courage. Mais très vite, la réalité les rattrape et…

Est-il possible de construire leur avenir sur cette terre polluée qu’est-devenue Fukushima ? En tant que filles, en tant que femmes, en tant que futures mères… Tandis que le reste de la jeunesse japonaise et du monde a le droit de profiter de sa vie dans l’insouciance, tandis que le monde entier a oublié le drame qui s’est abattu sur Fukushima et que ses habitants tombent dans l’oubli, quel avenir s’offre à ces adolescentes, à l’aube de leur vie d’adulte ? »

Note : 4 sur 4.

♥️ COUP DE CŒUR ♥️

Envie de pousser un cri du cœur : pourquoi Diable ai-je attendu autant de temps avant de me mettre à lire des mangas ? Par ignorance, probablement. Je savais bien qu’on y abordait des sujets divers, mais pourtant, j’étais persuadée que ce n’était pas pour moi. J’avais tort, et ce premier tome de la duologie Daisy me le confirme amplement.

11 mars 2011. Un séisme de magnitude 9.1 frappe une partie du Japon. Il engendrera un tsunami ravageur, qui entraînera l’accident nucléaire de Fukushima. Reiko Momochi, la mangaka à l’origine de cette duologie, a rencontré des jeunes de la région de Fukushima pour connaître leur ressenti vis-à-vis de cette catastrophe, de leur vision du pays, de leur avenir et plus largement de la vie après un évènement tel que celui-là. Le résultat est ce manga, une fiction dans laquelle elle injecte un peu de tout ce qu’elle a entendu et recueilli.

Daisy – le titre – n’est pas un personnage, mais le nom du groupe de rock de quatre jeunes filles, camarades dans un lycée non loin de Fukushima et amies proches et soudées. La catastrophe s’est déroulée il y a quelques semaines et leur région fait partie des zones considérées comme sinistrées. Chacune sont très différentes : Moé est issue d’une famille très aisée (son père est député) et est une jeune fille extrêmement sérieuse ; Aya est la fille d’un couple d’aubergistes qui voit chaque jour la faillite approchée puisque les touristes ne viennent plus ; Mayu est passionnée par la mode et rêve de travailler comme vendeuse dans le quartier de Shibuya ; et enfin Fumi, jeune fille dont nous allons suivre le point de vue, ne sait plus vraiment où elle en est. Elle n’est pas sortie de chez elle depuis la catastrophe, restant auprès de son petit frère (puisque les plus jeunes sont confinés) mais étant en dernière année, il lui faut retourner au lycée.

Quelques semaines après la catastrophe, tout le monde est encore dans le flou le plus total. Faut-il déménager pour protéger sa santé physique et mentale ? Faut-il rester pour aider à la reconstruction ? Les filles, qui n’ont que dix-sept ans, étaient jusque-là dépendantes des décisions de leurs parents – parents qui eux-mêmes ne savent plus quoi faire alors que tous les repères sont bouleversés et qu’il est quasiment impossible d’envisager son avenir sereinement dans des conditions pareilles.

Le travail de recherche de Reiko Momochi transparaît nettement au fur et à mesure des pages. Car derrière la volonté de restituer les histoires et anecdotes des adolescents qu’elle a rencontrés, il y a un engagement réel, une démarche explicative, informative qui nous appelle à la prise de conscience – qu’on soit d’ailleurs favorable au nucléaire ou non.

J’ai adoré de bout en bout ce manga, y compris le dossier en fin d’ouvrage qui revient avec beaucoup de pédagogie sur la chronologie des évènements. Les personnages sont forts, on s’attache aux quatre jeunes filles, mais aussi à toutes celles et ceux qui gravitent autour d’elles-mêmes si on les voit parfois que l’espace de quelques cases. Je n’étais au départ pas forcément charmée par le dessin (avec ces énormes yeux) mais finalement, leur classicisme est une bonne chose, car à même de plaire au plus grand nombre. J’ai en tout cas appris beaucoup de faits sur la catastrophe de Fukushima et tout ce qu’y s’en est suivi et s’ensuit encore pour des années durant.

#2

« Les mois ont passé depuis le tsunami qui a ravagé Fukushima… Mais pour Fumi, le quotidien est toujours rempli d’incertitudes. La fin de l’année scolaire approche inexorablement, et avec elle, la fin du lycée et le début d’une nouvelle vie… 
La pression monte pour la jeune lycéenne, qui ne sait pas encore ce qu’elle veut pour son propre futur. Doit-elle rester à Fukushima, où peut-être fuir avec « lâcheté » sa région natale ? 
Pourtant, ses amies, elles, semblent trouver chacune leur tour les réponses à leurs angoisses intimes, et se donnent les moyens de réaliser leurs rêves. 
Alors, pourquoi est-elle la dernière à rester paralysée par cet avenir qui s’annonce ? 
Sa rencontre avec un groupe de bénévoles lui permettra heureusement de retrouver le chemin… son propre chemin ! »

Note : 4 sur 4.

♥️ COUP DE CŒUR ♥️

Enchaînons directement avec le second et dernier tome de cet excellent manga nous proposant de suivre une année dans la vie de quatre lycéennes touchées de plein fouet par l’accident nucléaire de Fukushima, puisqu’habitant dans la (vaste) zone sinistrée. Les examens d’entrée aux universités ainsi que la remise des diplômes approchent, et Fumi et ses amies sont toujours dans le flou. Si certaines ont suivi leurs parents et ont donc déménagé, Fumi elle hésite beaucoup à rester auprès de son petit-ami, de ses parents et donc dans sa petite ville à laquelle elle est particulièrement attachée. Inspirée par l’exemple d’Aya qui souhaite entrer à l’université du coin et devenir enseignante pour aider les jeunes générations qui auront tout à reconstruire, elle va suivre son amie qui fait du bénévolat dans un camp de réfugiés et découvrir une autre face de la catastrophe.

Ce tome est encore meilleur que le premier – qui visait déjà très haut ! Il est aussi plus dense en terme d’informations et ne ménage pas son lecteur. Fumi se rend donc dans un camp de réfugiés avec Aya ; elle sait que cela existe, comme tous les Japonais puisque ce sont des faits qui passent aux informations. Cependant, elle se rend compte que le savoir et le voir sont deux choses différentes. D’une masse de gens anonymisés vont émerger des trajectoires individuelles très diverses qui vont profondément la marquer, mais aussi lui donner envie de s’engager dans un domaine bien particulier, surtout pour une femme au Japon. Question projet d’avenir d’ailleurs, les autres filles ne seront pas en reste – notamment Mayu, fille de riziculteurs touchés de plein fouet par une crise qui s’annonce durable, et qui nous offrira une très belle intrigue secondaire.

Ce tome deux est donc plus politique et plus mature, à l’image de ces lycéennes qui d’un coup quittent définitivement le monde de l’enfance pour entrer dans celui, terrifiant sous cette forme, des adultes. Encore une fois, Reiko Momochi s’attache à donner beaucoup de détails sur l’après-catastrophe. Cet opus est dur – une scène en particulier m’a beaucoup remuée – mais contient aussi beaucoup d’espoir et de beaux messages de solidarité et d’unité.

En conclusion … Daisy Lycéennes à Fukushima est mon premier coup de cœur de l’année 2021 ! Un manga à la fois pédagogique, humain, profondément touchant et éminemment informatif que je conseille à toutes celles et ceux qui voudraient s’informer sur les conséquences à court, moyen et long-terme d’une catastrophe pareil (la seconde à cette échelle après Tchernobyl).


8 réflexions sur “Daisy : Lycéennes à Fukushima #1 #2, Reiko Momochi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s