Les gardiens du phare (#1 Farenheim), Alex Zune

Genre : Fantasy đŸ‡«đŸ‡·

419 pages

Note : 3 sur 4.

✅ La mythologie construite autour des phares et des Ă©toiles ; Le personnage de Galielle ; Une belle plume.

🔮 Beaucoup d’idĂ©es qui rendent parfois le tout trop dense … ; … Et des points qui auraient gagnĂ©s Ă  ĂȘtre davantage dĂ©taillĂ©s.

[Un livre lu grĂące Ă  la plateforme SimPlement.pro. Merci Ă  l’auteur pour cette opportunitĂ© !]

« Dans un monde sans soleil ni lune, seuls les phares illuminent les cinq royaumes de la Sunveria. Saga Leign est sur le point de devenir un veilleur, un guerrier d’exception qui voue sa vie Ă  la protection de la lumiĂšre des Ă©toiles. Mais lorsque le phare de Venrim est dĂ©truit dans une violente explosion, le jeune homme et ses compagnons survivants se retrouvent plongĂ©s dans un sombre complot qui menace la Sunveria toute entiĂšre et l’existence de la LumiĂšre elle-mĂȘme. »

Le rĂ©sumĂ© de cet autoĂ©ditĂ© a titillĂ© ma curiositĂ© dĂšs lors qu’il est arrivĂ© sous mes yeux (via Livraddict). On y parle de monde sans Soleil ni Lune, oĂč les Ă©toiles sont les seules lumiĂšres du monde – Ă©toiles protĂ©gĂ©es par l’ordre mystĂ©rieux des Farenheims vivant dans le Phare qui confĂšre aux Royaumes sa lumiĂšre 
 Il n’en fallait pas davantage pour Ă©veiller ma curiositĂ© !

Le roman dĂ©marre sur un court prologue : alors que Saga Leign – notre futur personnage principal – va ĂȘtre consacrĂ© Farenheim aprĂšs une pĂ©riode d’apprentissage de cinq ans, une explosion survient au Phare et va plonger le monde dans une nuit aux consĂ©quences dĂ©vastatrices. ConsĂ©quences que nous ne commencerons Ă  dĂ©couvrir qu’une centaine de pages plus loin, car nous allons tout d’abord remonter le temps au cĂŽtĂ© de Saga, et revenir en premier lieu sur son apprentissage de Farenheim et sa dĂ©couverte des secrets du monde qui l’entoure, qui a forcĂ©ment bien plus Ă  cacher que ce que l’on veut bien croire.

« Les semaines s’Ă©coulĂšrent, sans rĂ©sultat. Son obsession pour le sujet le rendit de plus en plus distrait, au point de faire parfois l’exact contraire de ce qu’il lui Ă©tait demandĂ©. Galielle fut la premiĂšre Ă  constater son irrĂ©gularitĂ© croissante.

– Aucune de ces Ă©toiles n’est classifiĂ©e dans la bonne constellation ! siffla-t-elle exaspĂ©rĂ©e, alors qu’elle relisait un essai produit par le garçon. Ce n’est pourtant pas compliquĂ© !

Saga ne réagit pas.

– Qu’espĂšres-tu accomplir si tu n’es mĂȘme pas capable de distinguer la lumiĂšre des astres ? VoilĂ  des semaines que ton attention se porte ailleurs, ressaisis-toi ! »

Pour tout dire, je ne m’attendais pas vraiment Ă  cette construction du rĂ©cit (Ă  savoir prologue-retour en arriĂšre-aprĂšs le prologue) et ça a Ă©tĂ© la vraie bonne surprise de ce premier tome qui parvient de fait Ă  capturer notre attention tout de suite et avec intelligence. Il faut prĂ©ciser que l’univers est dĂšs le dĂ©part envoĂ»tant, bien plus sombre et violent que ce que j’escomptais, mais aussi (et c’est un trait commun Ă  de nombreux premier roman) assez dense : Alex Zune foisonne d’idĂ©es ! Elles sont pour la plupart excellentes, mais nĂ©cessitent une lecture trĂšs attentive, car elles alourdissent parfois le tout (cette sensation que l’auteur a voulu « tout mettre », si vous voyez ce que je veux dire) – alors que certains points auraient mĂ©ritĂ© davantage de dĂ©tails : ainsi, n’aurais-je pas refusĂ© plus d’Ă©lĂ©ments historiques, de descriptions ou encore de moments davantage introspectifs afin de mieux cerner les diffĂ©rents personnages – de ce point de vue lĂ , seule la Farenheim Galielle et le jeune Albert sont pleinement rĂ©ussis.

Cependant, avec l’apprentissage du jeune Saga Leign – et donc les cent premiĂšres pages – l’auteur nous prend par la main et se fait le guide, au travers des yeux de notre hĂ©ros tout juste adolescent, de la dĂ©couverte d’un monde qui sous-couvert d’un grand calme semble cacher de sombres et peu glorieux secrets. Saga intĂšgre certes un ordre mythique et reconnu, mais aussi menacĂ© et vieillissant, car trop Ă©loignĂ© du monde rĂ©el. C’est finalement lorsque la fameuse explosion du prologue arrivera que Saga, forcĂ© d’accomplir une quĂȘte, prendra conscience de la dĂ©fiance populaire. Sa quĂȘte sera aussi, on l’imagine, l’occasion de peut-ĂȘtre redorĂ© le blason des Farenheim une bonne fois pour toutes.

Cet aspect initiatique, qui se poursuit finalement durant quasiment tout le roman, est classique, mais plaisant puisque servi par le style agrĂ©able de l’auteur – qui ĂŽ joie – gĂšre son Ă©quilibre dialogues/phases narratives Ă  la perfection ! Le rĂ©cit est dynamique malgrĂ© les lourdeurs que j’Ă©voquais au-dessus et nous surprend sans cesse par des rebondissements bien amenĂ©s (mĂȘme si certains personnages semblent se dĂ©placer aussi vite que les personnages de GoT dans la saison 8 😆). Mais la meilleure idĂ©e est Ă  mon sens d’avoir intĂ©grĂ© pleinement le systĂšme de magie des Farenheim Ă  l’intrigue – Ă  savoir qu’un Farenheim tire ses capacitĂ©s de l’Étoile Ă  laquelle il s’est liĂ©.

Enfin, je finirais cette chronique en prĂ©cisant que le roman Ă©vite tout manichĂ©isme. Finalement, mĂȘme si les « mĂ©chants » sont de vrais fĂ©lons, il est difficile d’affirmer que les « gentils »sont pleinement bons. Gageons que la suite nous offrira matiĂšre Ă  en savoir plus !

En conclusion … Un premier tome prenant, aux qualitĂ©s indĂ©niables !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s