Stand still, stay silent #1, Minna Sundberg

Genre : Post-apocalyptique 🇾đŸ‡ȘđŸ‡«đŸ‡ź

301 pages

Note : 4 sur 4.

« 90 ans ont passĂ© depuis la grande maladie, et la plus grande partie du vieux monde a Ă©tĂ© oubliĂ©e et laissĂ©e Ă  la merci des trolls, des bĂȘtes et des gĂ©ants. Une petite Ă©quipe d’explorateurs nordiques se lance dans la premiĂšre mission de recherche officielle.

Ce premier tome est une aventure post-apocalyptique pleine d’insouciance et d’amitiĂ©, de magie, de drame et d’un peu d’horreur, le tout imprĂ©gnĂ© d’Ă©lĂ©ments de la mythologie nordique. »

Le premier tome de Stand still stay silent traĂźne chez moi depuis bien longtemps. Il faut savoir qu’Ă  la base, il s’agissait d’une sĂ©lection book-club Livraddict pour laquelle je me suis trompĂ©e de week-end (#boulet) et dont j’ai interrompu la lecture sans raison, pour finalement la reprendre il y a peu. Coexistent finalement deux histoires dans ce premier tome : une longue introduction nous narrant les prĂ©mices d’une Ă©pidĂ©mie d’ampleur mondiale, puis moins de cent ans plus tard, la dĂ©couverte d’un monde ravagĂ©.

L’histoire prend place entre la Scandinavie et les pays Nordiques dans les deux cas. Dans l’introduction, une multitude de personnages nous sont prĂ©sentĂ©s dans leur quotidien, confrontĂ©s Ă  l’information d’une pandĂ©mie encore mal comprise qui monte doucement. Au dĂ©part, trĂšs franchement, j’ai cru qu’il fallait retenir leurs noms et ai Ă©tĂ© prise d’un stress horrible parce que je ne parvenais pas Ă  les distinguer. Mais pas de panique ! Ils ne sont pas les personnages principaux. En tout cas, personne ne semble rĂ©ellement inquiet ; certains se prĂ©occupent de continuer leurs vies advienne que pourra, d’autres se soucient d’aller chercher des membres Ă©loignĂ©s de la famille, tandis qu’une poignĂ©e choisit de se mettre au vert : campagne, bateau au beau milieu d’un lac … Tout est bon pour s’Ă©loigner un peu de restrictions de plus en plus pesantes. (Toute ressemblance avec une situation rĂ©elle …)

Puis, bond dans le temps. Nous apprenons que l’Islande est le seul pays au monde Ă  en avoir rĂ©chappĂ©. Quelques villes cĂŽtiĂšres de SuĂšde, de Finlande ou de NorvĂšge existent encore, mais l’Homme ne s’y compte que par poignĂ©es. Le reste du monde est nommĂ© « le monde silencieux » : plus rien n’y vit, si ce ne sont des crĂ©atures infectĂ©es – animaux ou Hommes qui n’en ont que rarement l’apparence. La reconquĂȘte du monde silencieux est extrĂȘmement rude, coĂ»teuse aussi bien en matĂ©riels qu’en moyens humains que les survivants n’ont pas toujours. Aussi, un groupe d’intellectuels dĂ©cident de recruter une petite Ă©quipe pour gagner le Danemark – pays faisant intĂ©gralement partie du monde silencieux – depuis la SuĂšde afin de collecter des informations utiles. Entre alors en scĂšne cinq jeunes recrues – nos protagonistes principaux, enfin ! – qui ne se connaissent (presque) pas : Tuuri et son cousin Lalli, Emil, Sigrun et Mikkel, avec chacun sa spĂ©cialitĂ©.

Le tout est mĂątinĂ© d’un retour en force de la mythologie Nordique, croyances sur lesquelles les survivants se sont de plus en plus appuyĂ©es pour y trouver espoir, force et/ou sens aux Ă©preuves traversĂ©es. Les infectĂ©s sont ainsi nommĂ©s « gĂ©ants » ou « trolls » et quelques rares Ă©lus semblent, tel Lalli, avoir une sensibilitĂ© presque magique Ă  ce qui les entoure. On y retrouve d’ailleurs des termes presqu’Ă©vocateurs de la Fantasy, tels que « mage » ou « scalde » ; cela brouille les pistes (est-ce Fantasy ? Fantastique ? Y-a-t-il une explication rationnelle ?) tout en contribuant Ă  ancrer l’histoire dans cette culture Nordique fascinante.

Le mĂ©lange post-apocalyptique/mythologie, c’est donc tout le sel de ce premier tome que j’ai pourtant trouvĂ© long Ă  dĂ©marrer. Si l’idĂ©e de relater la progression de l’Ă©pidĂ©mie dans une grosse premiĂšre partie est intĂ©ressante, cela se fait un peu au dĂ©triment de l’aventure des cinq hĂ©ros principaux, qui du coup paraĂźt assez brĂšve. J’aurais aimĂ© mieux les connaĂźtre eux et leurs trajectoires personnelles, parce qu’en une centaine de pages les concernant, ils sont tous diablement attachants et rĂ©ussis. La lenteur est en tout cas bien le seul dĂ©faut de cette oeuvre qui promet de l’Ă©norme pour la suite. Minna Sundberg ne choisit pas forcĂ©ment l’Ă©vident : elle joue de la barriĂšre de la langue entre les personnages, des diffĂ©rences culturelles entre ces pays qu’on a souvent tendance Ă  assimiler les uns aux autres, nous rappelant parfois Ă  l’aide d’un simple drapeau que deux personnages ne se comprennent absolument pas. En fait, c’est une lecture qui demande beaucoup d’attention car elle est dense : on y trouve aussi entre les diffĂ©rents chapitres des informations type rapports gouvernementaux, coupures de journaux, etc. qui viennent Ă©tayer davantage le monde dans laquelle l’autrice nous plonge.

À cĂŽtĂ© de ça, il y a ce dessin a priori naĂŻf dans les traits en ce qui concerne les personnages ; ils font tous hyper juvĂ©niles, ont de bonnes bouilles rĂ©confortantes qui nous feraient presque oublier ce qu’il se passe autour d’eux. Pourtant, l’horreur du monde est lĂ , et lorsqu’elle se rappelle Ă  nous, le contraste est saisissant et fait tout simplement froid dans le dos. C’est peut-ĂȘtre le point le plus rĂ©ussi de ce premier tome, en tout cas, ce qui me donne envie d’y revenir pour en apprendre davantage … Dommage que cette atmosphĂšre plus brute arrive aussi tard dans le rĂ©cit.

En conclusion … Les premiĂšres pages peuvent faire peur, mais il faut persister pour la richesse de l’univers et la qualitĂ© du scĂ©nario ! J’ai en tout cas hĂąte de lire la suite.


3 réflexions sur “Stand still, stay silent #1, Minna Sundberg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s