La folie du roi (#1 L’urne de Xalanor), Vincent MacPhordyne

Genre : Fantasy đŸ‡«đŸ‡·

374 pages

Note : 3 sur 4.

[Lecture Ă©manant d’un service presse via la plateforme simplement.pro]

« Les royaumes d’Édorianne et d’Élikasar sont voisins, ils vivent en paix depuis la fin de la guerre des dĂ©chus, quelque cinq cents ans plus tĂŽt. Cette fragile trĂȘve est soudainement remise en question lorsque le roi LĂ©girĂšde apprend que des armĂ©es Ă©likasariennes bivouaquent Ă  ses frontiĂšres. Le roi Ollon jure de ne rĂ©aliser que de simples manƓuvres. CoincĂ© dans sa folie, LĂ©girĂšde ne croit plus ses conseillers qui tentent de le tempĂ©rer – certains se verraient mĂȘme le renverser. Il veut partir en guerre afin d’honorer ses ancĂȘtres et faire valoir son droit. Cependant, il n’aurait aucune chance contre la stratĂ©gie et l’évolution technologique du royaume d’Élikasar. La paix l’emportera-t-elle sur la folie ? »

C’est (positivement) Ă©tonnĂ©e que je referme ce premier tome de L’urne de Xalanor. Non pas que je m’attendais Ă  ne pas aimer – si je l’ai choisi, c’est parce que je pensais qu’il pouvait un minimum me plaire tout de mĂȘme – mais parce qu’il est toujours agrĂ©able de lire un rĂ©cit comme celui-ci, qui ne mise pas tout sur l’action et prend son temps pour construire des personnages complexes et – il faut le dire – carrĂ©ment retors.

Dans un univers mĂ©diĂ©val-fantastique, nous allons suivre la guerre de pouvoirs que vont se livrer deux souverains de pays voisins, vivant en paix depuis des centaines d’annĂ©es. D’un cĂŽtĂ©, le roi LĂ©girĂšde d’Édorianne, un homme rongĂ© par la folie et le dĂ©sir de marquer Ă  son tour – comme les autres hommes de sa lignĂ©e – l’histoire. De l’autre, un homme plus tempĂ©rĂ©, Ă  ne pas idĂ©aliser tout de mĂȘme, le roi Ollon d’Élikasar. Des troupes de ce dernier effectuent des manƓuvres militaires Ă  l’orĂ©e de la frontiĂšre du premier. De chaque cĂŽtĂ©, les souverains et les conseillers ne parviennent guĂšre Ă  se mettre d’accord. Faut-il nĂ©gocier ? Guerroyer ? Qui manipule qui ?

« Un enfant au visage sale, terreux, vĂȘtu de haillons, courrait sur une longue allĂ©e pavĂ©e. Ses pieds saignaient de par la distance dĂ©jĂ  parcourue. Il haletait, s’Ă©touffait, transpirait Ă  grosse gouttes, la bave coulait de ses lĂšvres rougies d’un sang trĂ©pidant. Son regard se fixait sur le chĂątelet de Joulbalaque comme s’il s’agissait de son salut, en haut de cette colline. »

GrĂące Ă  une narration alternant les points de vue, l’auteur nous raconte l’immobilisme et la guerre des nerfs que se livrent des Royaumes flottant dans ce temps quelque peu suspendu qui prĂ©cĂšde l’annonce officielle d’une guerre. Comme je le disais en introduction, il y a trĂšs peu d’action au sens classique du terme, mais n’allez pas penser qu’il ne se passe rien. Vincent MacPhordyne nous prend en effet par la main pour nous emmener en « visite » : tout en apprenant Ă  connaĂźtre nos personnages (faussement caricaturaux), nous dĂ©couvrons Ă©galement leurs univers par petite touche digeste : l’aspect trĂšs « rustre » d’Édorianne, l’industrialisation Ă  l’excĂšs d’Elikasar, des Ă©lites corrompues et un peuple acculĂ© des deux cĂŽtĂ©s. J’ai pas mal pensĂ© aux RĂ©cits du Demi-Loup de ChloĂ© Chevalier : ce premier tome possĂšde en effet cet attachement Ă  dĂ©crire comment un petit fait « anodin » et souvent personnel peut toucher une personne ayant le pouvoir et entraĂźner par lĂ  mĂȘme toute la destinĂ©e d’un peuple.

Le ton est donc hyper sombre, « crade » mĂȘme, avec des personnages peu attachants qui se vautrent dans les excĂšs en tout genre, dans la mĂ©chancetĂ© gratuite et le dĂ©dain, mais qui sont Ă©crits avec une vraie rĂ©flexion et une qualitĂ© d’Ă©criture Ă  souligner (notamment un personnage de Reine juste parfait ♄). Bref, on avance pas Ă  pas Ă  la dĂ©couverte de ce monde fascinant dans ce qu’il a de plus rĂ©pulsif. TrĂšs franchement, lire un livre qui pousse assez loin les curseurs « dark » fait vraiment du bien. Le tout n’est pas dĂ©nuĂ© de quelques longueurs et rĂ©pĂ©titions, mais l’univers est suffisamment fort et travaillĂ© pour passer au-dessus.

En conclusion … Un trĂšs bon premier tome, qui ne joue pas la carte de la facilitĂ©.


Une réflexion sur “La folie du roi (#1 L’urne de Xalanor), Vincent MacPhordyne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s