Le faire ou mourir, Claire-Lise Marguier

Genre : Contemporain đŸ‡«đŸ‡·

103 pages

Note : 3 sur 4.

« Vus de l’extĂ©rieur, ils faisaient plutĂŽt peur, ceux de la bande Ă  Samy, avec leurs coupes de cheveux Ă©tranges, leurs vĂȘtements noirs, leurs piercings… Mais le jour oĂč les skateurs s’en sont pris au nouveau du collĂšge, Dam, avec son physique de frite molle, c’est Samy qui s’est interposĂ© et lui a sauvĂ© la mise. Et c’est comme ça qu’ils se sont rencontrĂ©s, et que l’histoire a commencĂ©. Samy a essuyĂ© le sang qui coulait de la tempe de Dam, avec sa manche noire.
C’Ă©tait la premiĂšre fois que quelqu’un le touchait avec autant de douceur… »

Cela faisait trĂšs, trĂšs longtemps que je dĂ©sirais dĂ©couvrir ce court texte de l’autrice française Claire-Lise Marguier qui trĂŽne depuis plusieurs annĂ©es dans les meilleures notes LivrAddict. C’est Ă  l’occasion d’un challenge littĂ©raire auquel je participe qu’il s’est imposĂ© comme un des seuls Ă  remplir une consigne pour avancer. Ce bref roman (Ă  peine une centaine de pages) va nous raconter un moment prĂ©cis dans la vie du jeune Damien, quinze ans : cette annĂ©e scolaire dĂ©cisive oĂč il va faire la rencontre de Samy, qui va pour ainsi dire l’aider Ă  changer sa vie.

En effet, jusqu’ici, l’existence de Damien n’a pas Ă©tĂ© un long fleuve tranquille : complĂštement transparent au sein d’une famille qui ne semble plus le comprendre, il doit subir l’indiffĂ©rence de sa mĂšre, les remontrances incessantes de son pĂšre et les remarques franchement atroces de sa sƓur au quotidien, tandis qu’Ă  l’extĂ©rieur il est la cible d’une bande de skateurs obsĂ©dĂ©s par l’idĂ©e de le passer Ă  tabac devant le lycĂ©e. Jusqu’au jour oĂč Samy, un Ă©lĂšve de terminale s’interpose et le prend sous son aile. Avec lui et sa bande, il va dĂ©couvrir l’amitiĂ© et enfin cette sensation d’ĂȘtre soutenu et compris.

”« Il faut vivre les choses Ă  fond. Il faut dire ce qu’on ressent, souvent les gens sentent pareil mĂȘme s’ils le disent pas. Il faut pas aller contre ce qu’on ressent. Il faut pas laisser les autres dĂ©cider pour nous. Il faut faire ce qu’on a envie de faire. Il faut pas passer Ă  cĂŽtĂ©. »“

Le faire ou mourir a beau ne faire qu’une centaine de pages, c’est un texte fort qui n’hĂ©site pas Ă  appuyer lĂ  oĂč ça fait mal. Je ne m’attendais franchement pas Ă  autant de violences, qu’elles soient physiques ou morales et aie au dĂ©part Ă©tĂ© quelque peu dĂ©contenancĂ©e. NĂ©anmoins, l’autrice a le mĂ©rite de ne pas Ă©dulcorer son propos, ce qui somme toute est finalement salutaire et bienvenu. Bienvenu, car il n’y a ici rien de racoleur ou de misĂ©rabiliste, simplement l’immense souffrance d’un ado qui n’attend qu’une chose : qu’on lui tende enfin la main, mĂȘme si l’aide est toujours compliquĂ©e Ă  accepter. Il y a donc des scĂšnes difficiles, ayant notamment trait Ă  la pratique de la scarification ou au harcĂšlement scolaire et familial, mais qui sont utiles et finalement assez pĂ©dagogiques au sens oĂč elles nous aident Ă  mieux cerner ces problĂ©matiques.

Damien est un jeune homme intĂ©ressant, trĂšs, voire trop conscient des choses qui l’entourent et de l’absurditĂ© de l’existence depuis son plus jeune Ăąge. Ses obsessions lui valent de s’ĂȘtre toujours senti un peu Ă  part, une diffĂ©rence qu’on ne lui a visiblement jamais pardonnĂ©, car il n’a personne sur qui compter jusqu’Ă  l’arrivĂ©e de Samy et sa fameuse bande. On peut dire que ce sont les « emo » du lycĂ©e de la maniĂšre dont est dĂ©crit leur aspect physique, mais aussi en termes de comportement : toujours Ă  se cĂąliner, avec finalement beaucoup de chaleur et de soutien en acceptant chacun comme il est. Si la bande n’est pas vraiment creusĂ©e, le personnage de Samy l’est, lui. L’autrice joue lĂ  avec les clichĂ©s (ceux dont sont repus des personnes comme la famille de Damien) en faisant de lui un garçon au style appuyĂ© (piercings, maquillage, etc.) mais entourĂ© d’une famille aimante et gentil, sĂ©rieux – car oui l’un n’empĂȘche Ă©videmment pas l’autre – et parvient Ă  nous restituer l’aura fascinante qui semble entourer Samy.

À un moment, le texte se scinde – nous proposant ainsi deux issues possibles : l’une tragique et l’autre davantage positive. La premiĂšre pĂšche souvent par excĂšs, tout comme la seconde d’ailleurs, mais l’initiative est intĂ©ressante et a le mĂ©rite de faire rĂ©flĂ©chir et de rappeler que tenter de comprendre n’est pas excuser.

En conclusion … Une lecture intĂ©ressante, tant sur le fond que dans la forme.


2 réflexions sur “Le faire ou mourir, Claire-Lise Marguier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s