The promised Neverland #1, Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Genre : Fantasy đŸ‡ŻđŸ‡”

189 pages

Note : 4 sur 4.

« Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux Ă  l’orphelinat Grace Field House. EntourĂ©s de leurs petits frĂšres et sƓurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considĂšrent comme leur vĂ©ritable mĂšre. Mais tout bascule le soir oĂč ils dĂ©couvrent l’abominable rĂ©alitĂ© qui se cache derriĂšre la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort ! »

Ce premier tome de The promised Neverland commence dans un cadre a priori idyllique : celui de l’orphelinat Grace Field House oĂč une multitude d’enfants ĂągĂ©s de moins de douze ans sont Ă©levĂ©s par une sorte de gardienne, qui s’occupe avec eux des tĂąches de la vie de tous les jours et qu’ils surnomment affectueusement « Maman« . Bien que le lieu soit entiĂšrement clos (barriĂšres, grande porte ainsi qu’une sorte de muraille), les enfants ne se sont jamais posĂ©s plus de questions que cela quant Ă  leur devenir. Pour eux, ils sont destinĂ©s Ă  l’adoption par des familles aimantes qui n’attendent qu’eux.

Un soir, trois enfants parmi les plus ĂągĂ©s (Emma et Norman) s’aperçoivent que la jeune Connie, tout juste partie pour l’adoption, a oubliĂ© son doudou qu’elle ne quittait pourtant jamais. Ni une, ni deux, ils courent vers la grille dans l’espoir de rattraper le convoi ; ce qu’ils vont dĂ©couvrir va dĂ©passer leur entendement et bouleverser leurs croyances. Une seule solution s’impose : celle de s’enfuir.

J’ai vraiment beaucoup aimĂ© ce premier tome de The promised Neverland, qui augure du meilleur pour la suite. C’est Ă  la fois introductif, efficace dans le rythme, et mĂȘme si l’histoire a pour l’instant un petit goĂ»t de dĂ©jĂ -vu, elle a le mĂ©rite d’ĂȘtre bien amenĂ©e et de faire froid dans le dos ! D’un orphelinat idyllique avec des enfants heureux et insouciants, on bascule – sans trop en dire – peu Ă  peu dans l’horreur. Nos trois hĂ©ros (il faut ajouter Ray, un garçon proche d’Emma et de Norman) perdent ainsi peu Ă  peu leur innocence et on se demande vraiment comment, du haut de leur jeune Ăąge, ils vont bien pouvoir s’en sortir.

Les trois protagonistes principaux m’ont aussi bien plu : Emma est une jeune fille trĂšs Ă©motive mais courageuse et totalement dĂ©vouĂ©e aux autres : Norman lui est plus cĂ©rĂ©bral : quant Ă  Ray, c’est un taiseux qui – j’en suis certaine – cache de grandes qualitĂ©s. Le trait de Posuka Demizu est trĂšs beau, avec de jolis dĂ©tails qui contribuent Ă  rendre tous ces enfants vivants et Ă  instiller de la tension lorsque cela est nĂ©cessaire.

En conclusion … Bilan trĂšs positif donc pour ce dĂ©but aux personnages enfantins mais au ton adulte, ce qui me donne trĂšs envie de dĂ©couvrir la suite.


6 réflexions sur “The promised Neverland #1, Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s