Push ! La vie au bout des mains, Tommy Caldwell

518-oZrAlbLGenre : Autobiographie/Aventures 🇺🇸

603 pages


« Voici le récit stupéfiant de Tommy Caldwell, un des meilleurs grimpeurs du monde, qui a choisi l’aventure et le dépassement de soi comme mode de vie…

C’est l’histoire de quatre jeunes grimpeurs partis découvrir les falaises du Kirghizistan. Pris en otage par des rebelles armés, le groupe doit son salut au courage de Tommy Caldwell qui pousse un de leurs ravisseurs du haut d’une falaise… Mourir ou tuer, il a fallu choisir.

C’est l’histoire d’un homme qui se bat pour sauver une histoire d’amour à bout de souffle.

C’est l’histoire d’un grimpeur exceptionnel qui, alors qu’il a perdu accidentellement un doigt, réussit l’ascension de la grande voie la plus extrême du monde après sept années de tentatives infructueuses : le Dawn Wall, dans le Yosemite, près de 1 000 mètres d’un granit raide et lisse. Tommy Caldwell et son comparse Kevin Jogerson livrent un combat titanesque de 19 jours sous les jumelles et téléobjectifs des médias du monde entier. Leur exploit, raconté sous la forme d’un feuilleton en une du New York Times, passionne les Américains au point de détrôner le Super Bowl.

Presque un roman, plus qu’un livre d’aventure, Push ! La vie au bout des mains est une ode à la persévérance. »


png-4

✅ Un récit fou, une invitation à l’aventure ; Des moments réellement saisissants ; Un style de qualité qui rend le récit particulièrement agréable à lire.

⛔️ Les considérations plus personnelles – bien que très importantes – m’ont moins plu. Peut-être suis-je trop pudique, mais cela manquait parfois de discrétion à mon goût.

Une lecture effectué dans le cadre de la Masse-critique de Babelio.


Lire la suite

Honoré & moi, Titiou Lecoq

couv17263054

Genre : Biographie

298 pages

Lu dans le cadre du PRIX des lectrices ELLE 2020

« À la suite du succès de son livre Délivrées ! Titiou Lecoq ne va pas bien. L’époque lui dicte de réussir, elle réussit. Mais pourquoi est-ce que cela ne la rend pas heureuse ? Elle ne sait pas quoi faire. Un jour, pour tromper la déprime, elle décide de visiter la maison d’Honoré de Balzac. Une rencontre s’opère. Une révélation également. Balzac, que Victor Hugo désignait comme « le travailleur puissant et jamais fatigué », n’est pas seulement ça. Il existe un Balzac intime, humain, fatigué, qu’on pourrait nommer le plus grand poissard de l’histoire littéraire. Balzac est un looser magnifique. Et pour une société comme la nôtre, obsédée par l’idée de réussite, c’est un flamboyant contre-exemple. »


png-3

Les + : Drôle, complet.

Les – : RAS.


Lire la suite