Retour à Reims, Didier Eribon

« Après la mort de son père, Didier Eribon retourne à Reims, sa ville natale, et retrouve son milieu d’origine, avec lequel il avait plus ou moins rompu trente ans auparavant. Il décide alors de se plonger dans son passé et de retracer l’histoire de sa famille. Évoquant le monde ouvrier de son enfance, restituant son ascension sociale, il mêle à chaque étape de ce récit intime et bouleversant les éléments d’une réflexion sur les classes, le système scolaire, la fabrication des identités, la sexualité, la politique, le vote, la démocratie…
Réinscrivant ainsi les trajectoires individuelles dans les déterminismes collectifs, Didier Eribon s’interroge sur la multiplicité des formes de la domination et donc de la résistance.
Un grand livre de sociologie et de théorie critique. »


Genre : Mémoires/Sociologie   –   247 pages


Lire la suite

Dans la chambre noire, Susan Faludi

« Le 7 juillet 2004, Susan Faludi reçoit un e-mail d’une certaine Stéfanie, accompagné de photographies. Sur l’une d’entre elles, on distingue une femme âgée posant dans le hall d’un hôpital thaïlandais. Sur une autre, on l’aperçoit dans un bosquet, arborant une perruque d’un roux flamboyant.
Steven, après vingt-cinq ans de silence, a préféré les images pour annoncer à sa fille, via ce message électronique, qu’il avait changé de sexe. Et pour l’inviter en Hongrie, où Stéfi est retournée vivre, afin d’écrire son histoire.
Comment Steven a-t-il pu passer de pater familias misogyne et violent à cette femme hongroise ? Et pourquoi ? À travers une enquête passionnante dans le Budapest des pogroms jusqu’à celui, actuel, du repli identitaire, Susan Faludi tente de répondre à ces questions en plongeant dans l’enfance de Steven, jeune juif contraint de se déguiser pour survivre aux rafles.
Depuis la Hongrie jusqu’au États-Unis, en passant par le Brésil où il avait trouvé refuge, ainsi qu’une photographie se développerait par couches dans une chambre noire, Susan démaquille les visages de son père. L’auteur n’écrira finalement pas l’histoire de Stéfi, mais celle d’une réconciliation. Un récit poignant, qui pose de façon inédite la question des identités, aussi bien sexuelles que religieuses ou politiques. »


Genre : Essai, témoignage   –   464 pages


Lire la suite

Funérailles célestes, Xinran

« En 1956, Wen et Kejun sont de jeunes étudiants en médecine, remplis de l’espoir des premières années du communisme en Chine. Par idéal, Kej un s’enrôle dans l’armée comme médecin.
Peu après, Wen apprend la mort de son mari sur les plateaux tibétains. Refusant de croire à cette nouvelle, elle part à sa recherche et découvre un paysage auquel rien ne l’a préparée, le silence, l’altitude, le vide sont terrifiants. Recueillie par une famille tibétaine, elle apprend à respecter leurs coutumes et leur culture. Après trente années d’errance, son opiniâtreté lui permet de découvrir ce qui est arrivé à son mari…
Quand Wen retourne finalement en Chine, elle retrouve un pays profondément changé par la Révolution culturelle. Mais elle aussi a changé: en Chine, elle avait toujours été poussée par le matérialisme; au Tibet, elle a découvert la spiritualité. »


Genre : Témoignage/mémoires   –   220 pages


Lire la suite

Boy erased, Garrard Conley

« Garrard a 19 ans lorsque ses parents découvrent son homosexualité. Problème : ce sont des chrétiens ultra-conservateurs. Pour eux, leur fils doit être « guéri ». Garrard est alors conduit dans un centre de « conversion », où des pasteurs le forcent à devenir un autre. Où la Bible fait loi. Où Harry Potter est un livre déviant, où il est interdit d’écouter Beethoven. Là-bas, malgré tout, Garrard trouvera l’amitié et la force d’être lui-même. »


Genre : Mémoires   –   388 pages   –   Lecture dans le cadre de la Masse critique Babelio


Lire la suite

L’empreinte, Alexandria Marzano-Lesnevich

« Étudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à fait inattendu entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l’autobiographie et du journalisme d’investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d’éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l’on imagine. Aussi troublant que déchirant. »


Genre : Mémoires   –   480 pages


Lire la suite