Leïlan – intégrale, Magali Ségura

Genre : Fantasy 🇫🇷

1.196 pages

Note : 3 sur 4.

« Il est un royaume mystérieux que l’on nomme Leïlan, le pays des Illusions. Depuis qu’un drame affreux a frappé la famille royale, ses frontières sont fermées et son peuple est opprimé par l’infâme duc Korta. Une rencontre pourrait tout changer : celle d’un jeune messager, Axel, et d’une envoûtante jeune fille aux yeux bleus… Mais un secret entouré de sorcellerie les sépare, un destin tragique qui empêche l’espoir de renaître. Pourtant, au royaume des illusions, les apparences sont trompeuses, car un justicier insaisissable met les hommes du duc en échec. Qui est ce héros dont l’identité secrète est jalousement défendue ? Quelle est cette étonnante compagnie qui partage ses exploits ? Une chose est sûre : tout comme eux, vous tomberez amoureux des yeux de Leïlan. »

Cette intégrale est l’une des plus vieilles reliques de ma PàL, achetée un jour dans un magasin France Loisirs (cela fait DES ANNÉES que je ne me suis pas rendue sur place, je n’ose donc imaginer la date exacte …). C’est grâce à un défi du Challenge Un palais de Livres et de Paix organisé par Slytheerin du blog Un petit coin pour lire sur le forum LivrAddict (et inspiré de la série Un palais d’épines et de roses de Sarah J. Maas) qui consistait à lire enfin nos plus vieilles acquisitions que je sors enfin ce titre de sa torpeur, en engloutissant ainsi en quelques jours pas moins des 1.200 pages – soit trois tomes – qui composent cette intégrale. Trois tomes qui se lisent d’ailleurs parfaitement bout à bout, puisque l’action s’enchaîne chaque fois sans discontinuer, n’offrant pas réellement de sensations de coupures.

Leïlan n’est pas le nom d’une héroïne, mais celui d’un royaume qui n’a plus depuis de nombreuses années de relations avec ses voisins ; les frontières sont en effet très bien gardées, que ce soit par l’armée sous la botte de l’infâme duc Korta – usurpateur du pouvoir d’un Roi malheureux – ou par des forces surnaturelles démoniaques. Axel, jeune Prince du royaume voisin de Pandème qui voyage depuis des années en tout anonymat, est pourtant missionné par son père le Roi pour être le porteur d’une lettre adressée au souverain de Leïlan seul. Une lettre qui n’est que le reflet d’une ancienne prophétie des Trois Fées, les divinités du Bien. En chemin, il va découvrir un royaume à feu et à sang, qui ne doit son salut qu’au mystérieux Masque, une jeune combattante rebelle dont Axel va tomber irrémédiablement amoureux … quitte à compromettre tout équilibre diplomatique au passage.

« L’instinct d’Axel ne le trompait pas. Au-delà du précipice et des pierres blanches, dans la Forêt Interdite, au bord d’une des falaises plongeant dans la Mer Intérieure, un arbre géant aux racines adventives aériennes s’élevait au milieu d’une prairie. Entre ses branches et à ses pieds, de grandes maisons de bois avenir été construites. Dans l’une d’elles, la Fille-aux-yeux-bleus s’éveillait enfin, au son de la petite musique lointaine. »

Que les pages ont défilé ! Sans affirmer pour autant que l’action est dénuée de toute longueur, j’ai trouvé ce récit absolument trépidant : il pousse en effet les curseurs du conte et de la Fantasy assez loin (avec magie, créatures imaginaires, etc.), tout en mâtinant l’ensemble d’une ambiance « cape & épée ». La très belle plume de Magali Ségura nous prend par la main et nous emporte au côté de ces héros auxquels on s’attache assez vite – même si certains sont moins approfondis que d’autre, car nous n’épousons jamais leurs points de vue. L’ensemble est tout de même assez manichéen, car on a clairement le camp du « bien » qui affronte le camp du « mal » dans ce qui est un conflit divin – et donc immuable.

Derrière, les personnages peuvent donc paraître parfois plus que clichés. Axel, le héros principal, semble de prime abord la perfection incarnée – bien qu’une nuance soit apportée dans le tome trois, et il est bien rare qu’on tremble pour lui, car il se sort d’absolument toutes les situations sans trop de problème. Korta, le « méchant » qu’on pourrait presque entendre faire des « ah ah » démoniaques entre les pages, est le portrait parfait de l’arriviste prêt au pire pour un peu de pouvoir. L’amour se forme au premier regard, les quiproquos sont gros comme une maison, les femmes sont belles (bien qu’un peu trop sexualisées à mon goût) et les hommes braves, les distances se franchissent sans peine … Et pourtant, ce qui fait que le tout fonctionne, c’est comme je le disais cet aspect « cape et épée » un peu désuet, qui donne l’impression de « lire » un film de l’âge d’or Hollywoodien, avec de somptueux costumes, des décors en cartons-pâtes et des acteurs tous plus magnifiques les uns que les autres. Si comme moi vous êtes sensibles à ça, il se peut que Leïlan vous offre la dose de divertissement et de dépaysement que vous cherchez !

En conclusion … Une aventure fantasy-esque proche du conte, qui même si elle n’est pas dénuée de défauts, séduit.


3 réflexions sur “Leïlan – intégrale, Magali Ségura

    • Les Mots de Mahault dit :

      J’ai eu beaucoup de mal à l’écrire cet article, je ne sais pas si c’est le fait qu’il s’agisse d’une intégrale et donc d’un format particulièrement dense ?
      Toujours est-il que finalement cet avis neutre reflète peut-être aussi ce que j’en ai pensé : un bon moment, avec ses qualités et ses défauts, mais pas une lecture qui me marquera.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s